1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Algérie : "Bouteflika est une marionnette, téléguidée par les militaires", dit un Algérien vivant en France
2 min de lecture

Algérie : "Bouteflika est une marionnette, téléguidée par les militaires", dit un Algérien vivant en France

REPORTAGE - Les Algériens de France, qui commencent à voter pour l'élection présidentielle samedi 12 avril, sont partagés au sujet du président sortant Abdelaziz Bouteflika, candidat à sa propre succession.

Abdelaziz Bouteflika, le 3 avril 2014, à Alger. (archives)
Abdelaziz Bouteflika, le 3 avril 2014, à Alger. (archives)
Crédit : JACQUELYN MARTIN / POOL / AFP
Raphaël Bosse-Platière & Etienne Baudu & Sina Mir

L'élection présidentielle en Algérie aura lieu le 17 avril prochain. Depuis ce samedi, les Algériens de France peuvent déjà se rendre à leur Consulat pour voter. Mais de lourds soupçons pèsent sur ce scrutin.

Pour certains, le président sortant Abdelaziz Bouteflika, âgé de 73 ans et candidat à sa propre succession, reste une figure emblématique et rassurante. "Le peuple algérien ne veut pas vivre ce qui se passe au Mali, en Libye, en Egypte ou en Syrie. Il va maintenir la stabilité et la continuité", annonce Bachir au micro de RTL. "Peut-être qu'il est fatigué, c'est vrai", concède-t-il au sujet de la santé du chef de l'Etat, victime d'un accident vasculaire cérébral il y a un an.

La légalité du scrutin contestée

Mais la régularité du scrutin fait débat, dans un pays qui n'a jamais connu de second tour dans ce type d'élection depuis son indépendance. Au début du mois d'avril, un ancien haut fonctionnaire d'Etat a brisé la loi du silence de l'autre côté de la mer Méditerranée. Il a reconnu avoir favorisé Bouteflika pendant toute sa carrière.

"Nous allons mettre des observateurs dans chaque bureau de vote", explique à RTL Saïd Naïli, chargé de mener la campagne en France du principal opposant au pouvoir, Ali Benflis. "La nuit, nous allons installer des scellés numérotés, de façon à ce que les urnes ne soient pas ouvertes", détaille-t-il.

Les Algériens pas dupes

À lire aussi

Ils sont 815.000 électeurs algériens sur le sol français, où réside la plus importante diaspora avec plus d'1,8 million de personnes. L'Hexagone est ainsi la 4e circonscription la plus importante de l'élection, et représente donc un enjeu non-négligeable. 

C'est toujours les vieux mafieux qui tiennent le pays

Fati, caricaturiste algérien

Car, pour un grand nombre d'Algériens, le scrutin est joué d'avance. "Bouteflika n'est qu'une marionnette. Il est téléguidé par les militaires", estime Fati, caricaturiste et opposant. C'est également ce que pense Mohammed, qui en profite pour railler l'état de santé du président. "Il va gérer le pays dans un fauteuil roulant, c'est un peu bizarre. Il devrait se reposer". Et de conclure : "C'est toujours les vieux mafieux qui tiennent le pays."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/