2 min de lecture Perpignan

Perpignan : un oiseau retarde la construction de la prison

VU DANS LA PRESSE - La construction de la nouvelle prison de Perpignan pourrait bien prendre un retard considérable. La cause ? Un couple d'oiseau d'une espèce protégée qui en a fait son chez-soi.

L'oedicnème criard est une espèce protégée
L'oedicnème criard est une espèce protégée Crédit : Wikipédia
Marie Gingault

La construction de la nouvelle prison de Perpignan (Pyrénées-Orientales) pourrait bien démarrer avec plusieurs mois de retard. À l'origine, un petit être, pas plus lourd que 500 grammes, qui a stoppé l'avancée des travaux. 


Le lieux était pourtant parfait pour accueillir le nouveau centre pénitentiaire de la ville : un grand espace sans riverains, facile d'accès, situé entre l'autoroute A9 et la départementale D900, comme le précise France Bleu. Le site est constructible et les réseaux y sont même déjà installés, tout était idéal mais c'était sans compter un couple de d’œdicnème criard, une espèce d'oiseaux protégés, qui a décidé d'y installer son nid.

Leur présence a été détectée lors de l'inventaire obligatoire mené sur le site. Celui-ci permet de recenser la faune et la flore présente sur place. L'œdicnème criard, étant une espèce protégée, ne peut ni être tué, ni chassé des lieux. Pour faire avancer les choses et reprendre la construction, la seule option est de solliciter une dérogation auprès de la Préfecture, autorisant sa destruction, précise France Bleu.

Nous ne pouvons plus attendre !

Johann Reig, secrétaire local du syndicat Ufap-Unsa au centre pénitentiaire de Perpignan.
Partager la citation

S'il existe bel et bien une solution pour que le chantier reprenne, celle-ci n'est pas des plus rapides. Et cette nouvelle prison est très attendue à Perpignan, où les détenus sont actuellement dans un établissement des plus insalubres, qui plus est, surpeuplé.

À lire aussi
Un prêtre célèbre un office religieux (illustration) justice
Perpignan : un prêtre condamné en appel à 20 ans de prison pour viols sur mineurs

"Nous avons l'impression que l'État accorde plus d'importance à un couple d'oiseaux qu'aux détenus, et aux surveillants qui doivent gérer une situation explosive depuis des années", s'agace Johann Reig, secrétaire local du syndicat Ufap-Unsa au centre pénitentiaire de Perpignan. "Nous ne pouvons plus attendre !", a-t-il alerté, dans des propos relaté par le quotidien. Ce sont une soixantaine de détenus qui dorment actuellement à même le sol, au coeur de moisissures, champignon et autres insalubrités.

Une situation délicate qui révolte également Jean-Marc Pujol, ancien maire et président de la communauté urbaine de Perpignan : "Je comprends les contraintes environnementales et il n'est pas question d'aller contre, mais il faut que l'administration instruise les dossiers plus vite ! Ce n’est pas acceptable d'attendre des mois et des mois pour avoir une réponse. Les enjeux sont trop importants : cette nouvelle prison représente plus de 50 millions d'euros de travaux et des centaines d'emplois", a-t-il déclaré. 

Une espèce "quasiment menacée" à l'échelle européenne

D'après une source proche du dossier, la découverte de ce nid ne "remet pas en cause le projet". La communauté urbaine de Perpignan aurait même déjà fait des propositions auprès de la Dreal (direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement) pour proposer des "compensations environnementales". Cependant, il s'agit d'une procédure longue. 


De leur côté la Ligue de protection des Oiseaux (LPO) de l'Audre indique que l'oedicnème criard est une espèce "quasiment menacée" à l'échelle européenne. Elle est d'ailleurs "inscrite à la directive Oiseaux à l'annexe 1". Cependant, ces oiseaux seraient malgré tout assez fréquents dans la région, selon le groupe ornithologique du Roussillon.  L'association de protection de la faune sauvage, aurait repéré une importante colonie d'oedicnème criard près d'un centre commercial au nord de la ville.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Perpignan Pyrénées-Orientales Oiseaux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants