1. Accueil
  2. Actu
  3. Extinction des lumières de bureaux la nuit : un bilan mitigé
1 min de lecture

Extinction des lumières de bureaux la nuit : un bilan mitigé

CHRONIQUE - Depuis juillet dernier, un décret demande aux entreprises d'éteindre les lumières à partir d'une heure du matin. Est-ce vraiment appliqué ?

La Défense de nuit
La Défense de nuit
Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Extinction des lumières de bureaux la nuit : un bilan mitigé
01:49
Virginie Garin

La France ne s'est pas éteinte tout d'un coup la nuit. Il y a eu quelques progrès dans certaines villes, mais le décret demandant aux entreprises d'éteindre les lumières à partir d'une heure du matin est loin d’être appliqué partout.

À Strasbourg, une étude a été faite par un cabinet de conseil, BL Évolution : un tiers des vitrines des commerces restent éclairées la nuit. Une autre étude a été faite dans le quartier de la Défense, à côté de Paris. Ce même cabinet de conseil compte depuis 3 ans les fenêtres éclairées la nuit, il étudie une trentaine de tours, les plus hautes ; en tout, près de 130.000 fenêtres à surveiller. Le mois dernier, seules 8.000 étaient éclairées à deux heures du matin, soit un peu moins qu'avant.

Une amende de 750 euros

Depuis l'entrée en vigueur du décret, il y a 9% de bureaux éclairés en moins à la Défense. Avec, dans certaines tours, des entreprises qui s'en fichent. Il y en a une où sont même éclairées deux fois plus de fenêtres, et elle abrite pourtant le siège d'un grand groupe de l'environnement. Et puis d'autres où il y a une eu nette baisse : certaines entreprises ont mis en place des système d’éclairage automatique et ont sensibilisé leurs salariés.

Ce décret était censé permettre d'économiser 200 millions d'euros électricité par an, selon le ministère de l'Écologie, réduire la pollution lumineuse et soulager les papillons, les oiseaux et les chauve-souris perturbés par la lumière, nous permettre de mieux dormir...

À lire aussi

Une entreprise ou un commerce qui ne le respecte pas encourt 750 euros d'amende, et c'est le maire de la ville qui doit faire appliquer le décret. Juste avant les élections municipales, certains élus hésitent peut-être à verbaliser... et passeront a l'action après le second tour, le 30 mars.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/