1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Volkswagen aurait été averti à deux reprises de l'illégalité de ses actions
2 min de lecture

Volkswagen aurait été averti à deux reprises de l'illégalité de ses actions

Selon la presse allemande, en 2007, Bosch et en 2011, un employé, avaient prévenu le constructeur automobile de l'illégalité des logiciels anti-pollution.

Quelque 11 millions de voitures Volkswagen à travers le monde sont concernés par le scandale des tests anti-pollution. (Illustration)
Quelque 11 millions de voitures Volkswagen à travers le monde sont concernés par le scandale des tests anti-pollution. (Illustration)
Crédit : JOHN MACDOUGALL / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

L'ardoise ne cesse de se charger pour Volkswagen. Pris dans un scandale mondial à cause de l'utilisation sur quelque 11 millions de véhicules en circulation de logiciels truqués pour passer les tests anti-pollution, le constructeur était visiblement parfaitement au courant des risques encourus depuis des années. Selon la presse allemande, l'équipementier Bosch en 2007, qui a fourni le fameux logiciel, et un employé en interne en 2011, avaient averti le constructeur de l'illégalité des dispositifs installés sur des modèles diesel.

L'enquête en interne n'a pas permis à ce jour d'établir pourquoi la direction de Volkswagen n'a pas réagi à l'époque à la mise en garde de ce salarié, selon le journal Frankfurter Allgemeine Zeitung, qui se demande: "Que savait Winterkorn?", l'ancien patron du groupe contraint de démissionner cette semaine après les révélations.

Ultimatum

En outre, les autorités allemandes ont un peu plus accru la pression sur le groupe en lui fixant un ultimatum au 7 octobre pour rendre ses modèles diesel conformes aux normes d'émissions en vigueur au niveau national, sous peine d'un retrait des licences pour ses véhicules, selon l'édition dominicale du journal Bild. 

Si Volkswagen ne respecte pas cette date butoir, la KBA prévient dans une lettre de deux pages qu'il pourrait retirer son agrément à tous les modèles concernés, ce qui aurait pour conséquence d'interdire leur circulation sur les routes allemandes, ajoute le quotidien.

Nouvelle procédure européenne

À lire aussi

Ces derniers développements concluent pour le constructeur allemand une semaine noire. L'affaire, initiée aux États-Unis déjà conduit à la perte d'un tiers environ de la valeur de l'entreprise en Bourse et menace de saper la réputation toute entière de l'industrie allemande. Désigné vendredi, le nouveau président du directoire Matthias Müller, qui vient de Porsche, a promis que l'entreprise "allait surmonter cette crise" qui risquent encore de coûter des milliards d'euros à l'entreprise en amendes à la suite de différentes plaintes ou enquêtes au pénal ouvertes aux États-Unis et en Allemagne. 

Un porte-parole de Volkswagen a déclaré à l'AFP que le constructeur allait rapidement présenter un plan d'action en Allemagne, incluant un "rappel" des produits concernés. Soit près de 3 millions de voitures en Allemagne et 1 million en France. Ce dernier comprendra une mise aux normes du logiciel controversé. 

La Commission européenne a annoncé pour sa part l'entrée en vigueur en janvier d'un nouvelle procédure dans l'UE en matière de tests antipollution dans le secteur car ceux actuellement disponibles en laboratoire "ne reflètent pas l'ampleur des émissions des véhicules en conditions normale de conduite". Selon une source européenne, ce changement a pour objectif d'empêcher les trucages du type de celui dont VW s'est rendu coupable.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/