1. Accueil
  2. Actu
  3. Eco Conso
  4. Vincent Soucille, coutelier : "C'est un métier que je conseille aux jeunes"
1 min de lecture

Vincent Soucille, coutelier : "C'est un métier que je conseille aux jeunes"

REPLAY - Vincent Soucille travaille à la maison Goyon Chazeau, installée à La Monnerie-le-Montel près de Thiers.

Trois génération de couteliers pour la maison Goyon Chazeau
Trois génération de couteliers pour la maison Goyon Chazeau
Crédit : atelier-du-couteau.com
Vincent Soucille, coutelier : "C'est un métier que je conseille aux jeunes"
00:02:48
Armelle Levy & Loïc Farge

Dans son atelier, Vincent Soucille fabrique des couteaux de table, des couteaux de cuisine et des couteaux de poche. Il a repris l'entreprise familiale depuis cinq ans. Il perpétue ainsi un savoir-faire artisanal depuis trois générations. "Il y a six siècles de coutellerie à Thiers. Souvent c'est une transmission qui s'opère naturellement de père en fils. Après, il y a une école à Thiers qui apprend à devenir coutelier", explique-t-il. Il y a beaucoup d'étapes pour fabriquer un couteau. Ils sont huit salariés dans son entreprise. Chaque pièce prend bien trois à quatre heures de travail.

"On dit qu'un couteau va passer dans quarante mains avant d'arriver au produit fini. C'est une expression pour dire qu'il va être attrapé quarante fois", raconte notre artisan. Dans la cité auvergnate, tous les couteaux sont beaux, mais surtout ils sont lourds. "Le Thiers, c'est d'abord une forme et un label de qualité. On doit au maximum utiliser les matériaux du bassin thiernois", dit Vincent Soucille. "Sur notre modèle, on a rajouté l'emblème de la ville, qui est le château du Pirou", raconte-t-il.

Un couteau lame Damas
Un couteau lame Damas
Crédit : atelier-du-couteau.com

Comme chaque couteau est bâti à la forge, donc d'une seule pièce, il faut bien compter 150 à 200 euros les six couteaux de tables. Mais ils sont garantis ici 25 ans. Autant dire que Vincent est sûr que ces couteaux coupent et ne vont pas se casser. Il adore son métier. "Je conseille beaucoup aux jeunes d'ouvrir des coutelleries avant toute chose pour pouvoir vendre des couteaux des fabricants, et entre autres Goyon Chazeau", plaide-t-il. Il regrette la "pénurie" de coutelleries en France. À bon entendeur, la coutellerie Goyon Chazeau vient d'être reconnue "entreprise du patrimoine vivant".

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire