2 min de lecture Consommation

Travaux à domicile : près de la moitié des litiges concernent des malfaçons

REPLAY / INFO RTL - Selon une étude de l'association CLCV, les malfaçons concernent 45% des litiges en matière de travaux et de construction.

>
Travaux à domicile : près de la moitié des litiges concernent des malfaçons Crédit Image : AFP / Archives, Philippe Huguen | Crédit Média : Armelle Levy | Durée : | Date :
Armelle Levy
Armelle Levy Journaliste RTL

Un parquet qui gondole, un nouveau toit qui fuit, une porte ou une fenêtre qui ne ferme pas. Les malfaçons concernent 45% des litiges, selon une enquête de l'association CLCV, que RTL vous a dévoilée en exclusivité lundi 4 mai. Dans la série, on trouve aussi des radiateurs neufs défectueux ou des pompes à chaleur qui ne marchent pas, parce que les installateurs ont tout simplement oublié de les brancher.

Les particuliers sont également confrontés à des problèmes de non-conformité du matériel, qui représentent 21% des litiges. Cela concerne, par exemple, un carrelage différent de celui qui avait été commandé, ou des fenêtres trop petites ou trop grandes. Il y a aussi ces panneaux photovoltaïques bien installés, mais qui ne sont pas ceux qui avaient été demandés pour bénéficier du crédit d'impôt.
17% des litiges concernent aussi des retards dans l'exécution des travaux. En attendant, on paye les traites et on campe dans la maison. Le pire, c'est quand une société fait faillite avant la fin des travaux. Là, on n'a plus que nos yeux pour pleurer.

Gare à la garantie de livraison

Quand une entreprise dépose le bilan, le particulier se retrouve en bas de la liste des créanciers, après l'État et les salariés de l'entreprise. D'où l'importance de bien choisir sa société avant le début des travaux, en faisant marcher le bouche à oreille, en se renseignant sur internet ou en allant consulter le site Infogreffe pour connaître l'état de santé de l'entreprise.

La loi protège mieux les particuliers qui font construire une maison ou qui l'agrandissent. Le constructeur a l'obligation de souscrire une garantie de livraison. En cas de faillite, c'est le garant qui se charge des travaux. Mais cette garantie de livraison ne couvre pas les travaux  de moindre importance, comme le remplacement des fenêtres, le portail électrique ou le ravalement de façade.

À lire aussi
Le Vivo X51 5G promet de révolutionner les prises de vue vidéo grâce à sa stabilisation magnétique Connecté
La marque chinoise Vivo se lance en France avec 4 smartphones

C'est pourquoi la CLCV demande la mise en place d'une garantie de livraison souscrite par le professionnel, qui couvrirait tous les types de travaux, et que les contrats prévoient aussi obligatoirement des pénalités de retard, quand les travaux ne sont pas terminés à temps.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Consommation Habitat Litiges
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants