1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Test d'alcoolémie : oubliez les pseudo-remèdes miracles
1 min de lecture

Test d'alcoolémie : oubliez les pseudo-remèdes miracles

REPLAY - Chaque Saint-Sylvestre, un bon nombre de conducteurs tentent de déjouer le test d'alcoolémie. La plupart d'entre eux se fient aux idées reçues, qui sont pourtant presque toujours erronées.

Christophe Bourroux
Christophe Bourroux
Crédit : Rigondeaud Damien
Test d'alcoolémie : oubliez les pseudo-remèdes miracles
02:08
Christophe Bourroux

Pour la prévention Routière, c'est la soirée de tous les dangers. Près d'un Français sur deux sera confronté ce 31 décembre à la question de la conduite en tant que conducteur ou passager, souvent après avoir consommé de l'alcool. Dans ce domaine, gare aux idées reçues.

Pas de potion magique

À commencer par les pseudo-remèdes miracles. Oubliez le café fort, l'artichaut, la cuillerée d'huile d'olive avant le repas, et toutes les autres recettes de grand-mère. Il n'existe pas de potion magique contre l'alcoolémie dans le sang. Attention aussi aux boissons prétendument dégrisantes qui n'ont pas fait la preuve de leur efficacité auprès des médecins.

Le meilleur allié reste le temps. Seule l'attente permet d'éliminer l'alcool, qui commence à baisser une heure après le dernier verre. Il faut compter environ une heure et demi pour éliminer chaque verre d'alcool. Méfiez-vous des doses. Un verre de whisky pris chez des amis ou en famille peut être l'équivalent de deux ou trois doses servies dans un restaurant ou dans un bar.

Capacités réduites

Beaucoup pensent qu'ils sont en mesure de conduire après avoir bu, même modérément. Dès le premier verre d'alcool, les capacités sont réduites. Le champ de vision se rétrécit, par exemple. Les risques d'accident sont tout de suite multipliés par deux.

À lire aussi

Plus on boit, plus on se sent invincible, invulnérable même. Pourtant, par rapport à un conducteur sobre, celui qui prend le volant sous l'emprise de l'alcool aura tendance à commettre plus d'imprudences, comme rouler vite, voire oublier de boucler sa ceinture de sécurité ou encore freiner tardivement. D'ailleurs, le temps de réaction est multiplié par deux.

Si vous entendez un proche vous dire : "J'ai bu, mais je ne vais pas loin, ce n'est pas grave", il y a danger. Il faut savoir que 73% des accidents ont lieu à proximité du domicile.

RTL vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/