1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Prix du gaz : "Possible que cette flambée dure", selon François Lenglet
2 min de lecture

Prix du gaz : "Possible que cette flambée dure", selon François Lenglet

L’envolée du prix du gaz pose des problèmes dans toute l’Europe, problèmes liés entre autre, à la reprise mondiale et à des événements climatiques.

Gaz (illustration)
Gaz (illustration)
Crédit : DAMIEN MEYER / AFP
Tout comprendre à la flambée des prix du gaz
03:15
Tout comprendre à la flambée des prix du gaz
03:16
François Lenglet - édité par William Vuillez

Le gaz a vu les cours plus que tripler depuis le début de l’année, il est vrai que l’épidémie les avait fait tomber très bas. Cette semaine, ils ont même pris, sur une seule journée, 17%. Tout n’est pas répercuté au consommateur bien sûr, car la matière première ne représente qu’une partie du tarif facturé aux ménages, il y a par exemple aussi les coûts de distribution.

Mais quand même, en France, le tarif réglementé du gaz a pris 10% en juillet, 5% en août et 8,7% en septembre. En Espagne, les prix de l’énergie ont bondi de 35% sur un an. En Italie, ce sera 40% d’ici la fin de l’année. En Allemagne, le prix de gros de l’électricité a doublé cette année. Et si l’on raisonne à l’échelle du continent, l’indice tout énergie a pris presque 16% sur un an, c’est lui qui explique en large partie la résurgence de l’inflation en Europe.

Alors contre cela, chaque gouvernement y va de sa technique. En France, c’est un chèque énergie de 100 euros qui va être versé à plus de 5 millions de ménages, pour atténuer la hausse. Au Royaume-Uni, on a carrément bloqué les prix de l’énergie, malgré les récriminations des entreprises qui distribuent les gaz, carburants et électricité. En Italie, on baisse les taxes. En Espagne, idem, avec une réquisition des profits des entreprises énergéticiennes. Là encore, la mesure fait hurler, au point que les exploitants du nucléaire ibérique menacent d’interrompre les centrales.

Pourquoi des hausses si fortes ?

Alors, comment s’expliquent ces hausses si fortes ? La reprise mondiale, tout d’abord, forte et synchrone, qui fait que tous les pays tirent en même temps sur l’offre. Ça fait monter les prix. Des événements climatiques, ensuite, qui ont contraint la production. Tempête au Texas, absence incroyable de vent en Europe, qui a mis en panne les éoliennes… Et surtout le jeu trouble de la Russie, l’un des premiers fournisseurs de gaz en Europe, qui manifestement limite ses approvisionnements sur le marché européen. Ce qui là encore fait grimper les cours.

À lire aussi

La Russie cherche à établir son pouvoir sur l’Europe, et sur l’Allemagne en particulier. Le gazoduc NordStream 2 est en effet achevé, il relie la Russie à l’Allemagne, et Berlin doit donner l’autorisation officielle à sa mise en service, qu’on n’attend pas avant plusieurs mois. Moscou met la pression. Il est tout à fait possible que cette flambée des prix va durer.

L’hiver n’est pas encore là, il va se traduire par une augmentation de la demande en Europe. Et les sources d’énergie renouvelables ne sont pas prêtes pour prendre le relais des énergies carbonées, qu’il s’agisse du gaz ou du pétrole. Pour ne rien dire du nucléaire, qui a été abandonné par l’Allemagne et d’autres européens.

Peut-être l’année 2021 nous a-t-elle fait entrer dans l’ère, annoncée depuis si longtemps, de l’énergie durablement chère, avec toutes les conséquences que cette transformation aura sur le pouvoir d’achat des ménages et l’activité économique de nos pays.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/