1. Accueil
  2. Actu
  3. Economie et Consommation
  4. Pourquoi y a-t-il si peu de femmes à la tête des entreprises ?
2 min de lecture

Pourquoi y a-t-il si peu de femmes à la tête des entreprises ?

ÉDITO - Au sein du CAC 40, il n’y a aujourd’hui qu’une seule femme directrice générale, contre 39 hommes. Cela pourrait changer dans le futur.

Un patron et son salarié (illustration)
Un patron et son salarié (illustration)
Pourquoi y a-t-il si peu de femmes à la tête des entreprises ?
03:26
Pourquoi y a-t-il si peu de femmes à la tête des entreprises ?
03:26
LENGLET 245300
François Lenglet
Animateur

C’est le remue-ménage à la tête des grandes entreprises françaises. Plusieurs successions ont été annoncées ces derniers jours. Le lundi 17 mai, c’était chez Danone et le réassureur Scor. Il y a peu, c’était l’Oréal. Chez Danone, c’est un homme qui devient directeur général, alors que le président est un homme. Tous deux remplacent l’ancien dirigeant qui cumulait les deux fonctions, lui-même un homme. Chez l’Oréal, c’est aussi un homme qui remplace aussi un homme. Chez Scor, c’est un homme qui devait remplacer un homme, et qui finalement est remplacé lui-même par... un homme. En clair, pas une femme à l’horizon.

Pour être complet, il faut quand même mentionner un contre-exemple récent, chez Amundi, un géant de la finance française, où le président a recruté une directrice générale. Mais c’est une exception. Au sein du CAC 40, il n’y a aujourd’hui qu’une seule femme directrice générale, contre 39 hommes.

La sélection se fait silencieusement, sans qu’on en ait conscience, sur des années, dans les comités exécutifs qui regroupent les dirigeants d’une même entreprise, où les hommes sont ultra-majoritaires.  Et lorsqu’il faut choisir le chef, c’est là qu’on puise. Chaque cas individuel est incontestable : parcours excellent, qualités de leader, expertise… Le problème, c’est quand vous alignez tous les cas individuels, chacun étant parfaitement légitime : il n’y a que des hommes.

Quelles solutions ?

Les femmes sont dans l’entreprise, mais pas aux fonctions clés. Et c’est vrai bien avant l’entreprise, qui ne fait que reproduire un état de fait. Dans l’enseignement par exemple. Alors que les filles ont des résultats scolaires meilleurs que les garçons dans le secondaire, elles sont moins nombreuses dans les grandes écoles d’ingénieurs, mais aussi dans les grandes écoles commerciales, au moins les plus réputées, alors qu’elles sont majoritaires dans les écoles moins cotées. Le poids des représentations sociales, des attentes des familles, de la façon dont on se projette soi-même est ici considérable.

À lire aussi

Le gouvernement parie sur une loi, qui a été adoptée il y a quelques jours. Elle imposera bientôt aux entreprises de plus de 1.000 salariés d’installer 30% de femmes parmi les cadres dirigeants d’ici 2027, et 40% d’ici 2040. Les contrevenants s’exposeront à une amende de 1% du chiffre d’affaires, donc quand même très dissuasive.

Des quotas, est-ce vraiment efficace ?

C’est vrai que cela a des inconvénients. D’abord, ça peut sembler absurde de passer sous une même toise toutes les entreprises, quel que soit leur secteur. Car la proportion de femmes n’est pas la même dans l’industrie métallurgique et dans celle du luxe. Ensuite, c’est laborieux, et cela peut donner le sentiment que les femmes ne mériteraient pas leur poste sans ce coup de pouce. 

C’est une sorte de discrimination positive. Et pourtant, une telle loi a été adoptée il y a dix ans pour les conseils d’administration. Les femmes occupent aujourd’hui 46% des postes d’administrateur. Une égalité presque totale, qui nous vaut la première place en Europe, sur ce critère. Christine Lagarde, la président de la BCE, résume ainsi la situation : "Quand on légifère, on trouve des femmes. Quand on ne légifère pas, on trouve des excuses"

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/