1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Pourquoi la cigarette électronique se vend moins
2 min de lecture

Pourquoi la cigarette électronique se vend moins

REPLAY - Réputée moins dangereuse que la cigarette, la vapoteuse séduit de moins en moins de Français. Le pneumologue Yves Martinet explique pourquoi.

Une personne fume une cigarette électronique (illustration)
Une personne fume une cigarette électronique (illustration)
Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Pourquoi la cigarette électronique se vend moins
04:31
Jérôme Florin & James Abbott

Pourquoi la cigarette électronique se vend-elle moins ? Il semblerait que la mode soit passée alors que le nombre de points de vente a diminué de 17% cette année et le chiffre d’affaires se tasse lui aussi. Yves Martinet est pneumologue au CHU de Nancy et président du Comité national de lutte contre le tabagisme (CNCT), il donne trois raisons qui pourraient expliquer cette baisse.

"Il est difficile d'analyser les causes du recul, mais le côté 'nouveauté' s'est nettement tassé, explique-t-il. Les buralistes reprennent aussi une part du marché, et les vapoteurs s'achètent moins de vapoteuses mais plutôt le liquide."

On est sûrs de rien, mais on peut penser que la vapoteuse est moins dangereuse car le nombre de produits est bien inférieur

Yves Martinet, président du CNCT

Deux-tiers des fumeurs souhaiteraient arrêter de fumer selon le pneumologue, qui explique que réduire sa consommation de cigarettes grâce à une vapoteuse n'est pas une si bonne idée que cela. "La grande majorité des vapoteurs fument aussi des cigarettes, avance-t-il. Ils pensent qu'en réduisant leur consommation de cigarettes par jour ils réduisent les risques pour leur santé, mais malheureusement ce n'est pas le cas."

Le président du CNCT concède que les études concernant la cigarette électronique ne révèlent pas encore toutes les conséquences pour la santé. "On est sûrs de rien, c'est clair, confie-t-il. Mais on peut penser que la cigarette électronique est moins dangereuse car le nombre de produits est bien inférieur. Il y en plus de 4.000 dans une cigarette "normale". Mais il reste des produits dangereux dans la vapoteuse."

Il est beaucoup plus dur d'arrêter de fumer que d'arrêter l'héroïne

Yves Martinet, président du CNCT
À lire aussi

Alors que vapoter dans les lieux publics et les bureaux devrait être interdit dans un futur proche selon la ministre de la Santé Marisol Touraine, ces mesures contraignantes dissuadent-elles les fumeurs ? "Il faut reconnaître que l'interdiction de fumer sur les lieux a permis une réduction modeste de la consommation de tabac. Donc on peut penser que ce sera pareil pour la vapoteuse."

"La nicotine est la drogue la plus puissante actuellement sur le marché, poursuit Yves Martinet. Il est beaucoup plus dur d'arrêter de fumer que d'arrêter l'héroïne." 

Les cigarettiers commencent à vendre eux-mêmes leurs vapoteuses, une stratégie gagnante pour eux ? "Ils ont eu du retard à l'allumage mais ont bien compris qu'il y avait un marché, analyse-t-il. Ils savent que s'ils vendent des cigarettes électroniques, de potentiels fumeurs reviendront chez les buralistes."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/