1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Logement : baisse historique des loyers en 2015
2 min de lecture

Logement : baisse historique des loyers en 2015

C'est une première depuis 1998. Les prix pour se loger baissent en France dans la plupart des grandes villes, en particulier à Paris, Nice, Lille ou Lyon.

Un appartement à louer à Armentières (Nord) (archive).
Un appartement à louer à Armentières (Nord) (archive).
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
micros
La rédaction numérique de RTL

Les loyers ont reculé en moyenne de 1,5% depuis le début de l'année, selon l'Observatoire des loyers Clameur (réseau d'agences immobilières), publié lundi 1er juin. 

Cette tendance est pourtant inhabituelle au printemps, où les locataires déménagent et où les loyers augmentent. "Le recul est rapide. Il atteint un rythme que l'Observatoire (créé en 1998) n’avait jamais connu à cette période de l’année", souligne l'étude

Plus forte baisse pour les petites surfaces

Les loyers baissent le plus pour les petits logements. Ainsi, pour les nouveaux locataires, les loyers des studios reculent de 2,5%, ceux des deux pièces de 1,9% et les trois pièces de 0,8%. Encore une fois, "ces évolutions sont sans précédent à cette période de l’année", selon l'étude. 

Au contraire, les loyers des quatre pièces augmentent de 0,8% et ceux des cinq pièces et plus de 0,3% (contre +3,1% l’an dernier à la même époque). 

À écouter aussi

Depuis le 1er janvier, les loyers ont reculé dans 17 des 22 régions françaises et dans 57,2% des villes de plus de 10.000 habitants (contre 34,9% en 2014). Cette tendance est encore plus marquée dans les villes de plus de 100.000 habitants : les loyers reculent dans 74,4% d’entre elles. 

Marché "en panne"

C'est le cas à Marseille (-7%), Villeurbanne (-6%), Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) (-5,2%), Caen (-3,5%), Lyon (-2,8%), Rouen (-2,4%), Lille (-2,3%), Mulhouse (-2,2%), Besançon (-2,2%), ou encore Le Havre, Limoges, Angers, Perpignan, Nîmes... "Dans ces villes, le marché locatif est toujours en panne ou n'est pas encore suffisamment reparti, note l'enquête. Les loyers reculent depuis 2011. De plus, l’évolution des loyers constatée depuis 2006 reste très en deçà de l’inflation". 

En revanche, à Paris (-2% depuis janvier), Nice (-2,3%) ou Metz (-0,4%), depuis 2006, les loyers avaient augmenté plus vite que les prix à la consommation.

Au contraire, les loyers ont fortement grimpé depuis janvier dans une poignée de villes, comme Brest (+5,1%), Tours (+2,5%), Aix-en-Provence (+2,3%) ou Clermont-Ferrand (+1,4%).

Des appartements moins bien entretenus

Mais la baisse générale des loyers n'est pas forcément une bonne nouvelle pour les locataires. "Sur un marché qui commence à se ressaisir, la baisse des loyers s’accompagne d’un relâchement de l’effort d’amélioration et d’entretien des logements", souligne Clameur. 

Ainsi, depuis janvier, seuls 12,9% des logements remis sur le marché ont bénéficié de gros travaux d’amélioration.

Délais de vacances allongés

"En outre, depuis 2009, le recul de l’activité s’est accompagné d’un allongement rapide des délais de remise en location alors que les candidats sont plus exigeants que par le passé", souligne l’étude. La vacance locative est donc de plus en plus importante. "Elle résume à elle seule la dégradation du marché locatif", estime l'Observatoire. 

Depuis 2006, l'augmentation des loyers (1,1% par an en moyenne) a quasiment suivi le cours de l'inflation (1,2%). Ce qui tranche avec la flambée des années précédentes : +4% par an entre 1998 et 2006, pour une inflation de 1,8% par an. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/