2 min de lecture Vidéo

Les Qataris en passe de racheter le Français GFI Informatique

REPLAY / ÉDITO - La société de services informatiques GfI Informatique s'apprête à passer sous pavillon du groupe qatari Mannai Corporation. Une transaction qui pose des questions.

Micro générique Switch 245x300 Eco Menanteau
>
Les Qataris en passe de racheter le Français GFI Informatique Crédit Image : Romain Boé / SIPA / RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Loïc Farge
Loïc Farge
Journaliste RTL

L’un des groupes informatiques français les plus pointus, GFI Informatique, va passer sous pavillon qatari dans les jours à venir. Un achat hostile ? Non. Ce sont les actuels propriétaires, des fonds d’investissements qui, avec l’accord de l’équipe dirigeante, ont choisi de passer sous pavillon du Qatar. C’est une transaction significative. GFI est une entreprise de services numériques qui emploie 11.000 personnes. Elle possède quarante implantations sur le territoire national, où elle réalise 85% de son chiffre d'affaires. Le dossier avance vite parce que le prix proposé par l’Émirat est appétissant et que les cadres auraient eu l’assurance de conserver leur job.

L’entreprise est profitable. Sa croissance comme sa vitesse de développement sont, selon les critères du marché, satisfaisants. Rien n’indique que le groupe acheteur installé à Doha, qui n’emploie que 5.000 personnes dans une demi-douzaines de secteurs d’activité - qui vont de l’immobilier à l’importation de véhicules -, soit un partenaire technologique de gros calibre.
L'objectif de GFI est plutôt de privilégier la carte du Moyen-Orient et de l’Afrique pour son développement futur. Dans cette optique, passer sous la bannière du Qatar pourrait logiquement être un atout supplémentaire.

Il serait intéressant que cette transaction soit l’occasion de clarifier nos relations avec les pays du Golfe

Christian Menanteau
Partager la citation

Économiquement, cette affaire est d'une grande banalité. Mais c’est vrai que GFI Informatique à des partenariats sensibles avec des entreprises stratégiques comme Orange ou Bouygues dans les télécoms, BNP-Paribas ou Société Générale dans la finance, mais aussi Air France et la SNCF, EDF et Areva ou Total. Ainsi qu’avec plusieurs grands ministères français.

Dans un temps où la France est en pleine réflexion sur nos alliances politiques et militaires, il serait intéressant que cette transaction soit l’occasion de clarifier nos relations avec les pays du Golfe. D'un côté, ils investissent les meilleures entreprises européennes. C’est tout à fait respectable et parfois bienvenue. Mais de l’autre, on les soupçonne d’investir avec autant d’ardeur dans le terrorisme moyen-oriental. Voilà un dossier où sortir de l’ambiguïté ne se fera pas à notre détriment.

Le bloc-notes

À lire aussi
informatique
Pourquoi le logo d'Apple représente une pomme croquée

- Le chausseur de luxe français Roger Vivier va aller prendre son pied en Italie. Tod's va le racheter au prix fort.

- Une petite hausse d’impôt (on était en manque depuis quinze jours !) : les frais de mutation immobilière vont augmenter à Paris de 3,8 à 4,5%.

La note du jour

15/20 à Coca Cola. Le champion planétaire du soda va pour la première et peut-être unique fois de son histoire délocaliser son conseil d’administration. Cette grande première aura lieu à Paris. C’est une décision du PDG, Muhtar Kent, en hommage à la capitale française.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Vidéo Moyen-orient Entreprises
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants