1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Les producteurs français de blé redressent la tête
2 min de lecture

Les producteurs français de blé redressent la tête

ÉDITO - Les moissons 2017 signent le grand retour de la France sur le marché mondial du blé. Une bonne nouvelle pour notre agriculture.

La moisson des blés dans le centre de la France (Illustration)
La moisson des blés dans le centre de la France (Illustration)
Crédit : AFP / Jean-François Monier
Les producteurs français de blé redressent la tête
02:59
Les producteurs français de blé redressent la tête
03:04
Loïc Farge
Loïc Farge

Un an après une catastrophique récolte (2016 fut la pire campagne des 30 dernières années), c'est en effet un coin de ciel bleu qui s'ouvre sur nos campagnes. Les volumes sont bons, autour de 37 millions de tonnes de blé. Les rendements sont significatifs, à 72 quintaux à l'hectare en moyenne. Et surtout la qualité de nos productions serait, pour ce millésime, excellente, avec notamment un fort taux de protéines. Concrètement, tous les atouts nécessaires pour retrouver une place de choix à l'exportation face à une concurrence internationales qui nous a exclu du podium où nous étions solidement ancré ces dernières décennies.

Ce retour de flamme ne sera donc pas du luxe. En toute logique, nos ventes dans le monde, qui devraient augmenter de 50%, vont nous permettre de reprendre des positions perdues, notamment en Afrique, où les céréaliers allemands nous avaient délogés.

L'alignement des planètes est favorable pour nos agriculteurs

Christian Menanteau

L'alignement des planètes est favorable pour ces agriculteurs. Mais il y a un mais. Ces beaux volumes à l'export ne seront, en effet, pas valorisés à leur juste niveau. Tout simplement parce que les prix restent bas sur les marchés mondiaux. Selon le cabinet spécialisé Agritel, le prix d'équilibre, une fois intégrées les aides de l'Europe, est en moyenne pour les céréaliers français de 164 euros la tonne. C'est très au-dessus des prix actuels, qui tournent autour de 135 euros la tonne.

Deux facteurs expliquent ce décalage. D'abord, la pression à la baisse provoqué par la progression ahurissante des récoltes en Russie. La production de blé, proche de 80 millions de tonnes, sera du niveau des records de l'ex-URSS. Ensuite, nos exportateurs souffrent de la parité euro-dollar qui fait actuellement perdre 20 euros par tonne en moyenne au blé français.

À lire aussi

Au total, une bonne nouvelle - nos récoltes retrouvent les chemins des marchés internationaux - et une grosse réserve - les prix mondiaux vont encore peser sur la trésorerie des exploitations.

Les plus

- Selon les économistes de Rexecode, l'écart de prélèvement social sur les coûts de production entre la France et l'Allemagne est de 185 milliards par an. En revanche, le poids des impôts sur les sociétés est quasiment identique des deux côtés du Rhin.

- L'Américain United Airlines commande dix nouveaux Airbus A350.

La note du jour

14/20 à Demptos, une PME bordelaise qui développe des tonneaux technologiques adaptés aux différents types de vinification. La barrique (225 litres, à ne pas confondre avec la pièce de 228 litres) devient, en fonction de la matière première sélectionnée, un outil œnologique. On peut ainsi atténuer le goût d'alcool.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/