1. Accueil
  2. Actu
  3. Economie et Consommation
  4. La descente aux enfers de Sony se poursuit
3 min de lecture

La descente aux enfers de Sony se poursuit

REPLAY / ÉDITO - L'entreprise nipponne Sony continue sa descente aux enfers. Le retrait du film "L'interview qui tue !" est le dernier avatar d'une longue liste de mésaventures qui ont touché ce géant de l'électronique japonaise.

François Lenglet
François Lenglet
Crédit : Damien Rigondeaud
La descente aux enfers de Sony se poursuit
03:58
La descente aux enfers de Sony se poursuit
03:55
LENGLET 245300
François Lenglet
Animateur

Sony a donc décidé de ne pas diffuser en salle son film L'interview qui tue !, à cause de menaces d'un groupe de pirates informatiques.

Cette attaque n'est que le dernier avatar d'une longue liste de mésaventures qui frappent le géant de l'électronique japonaise.

Piratages

En fait, ces attaques durent depuis le 25 novembre dernier. Des données financières confidentielles ont alors été volées. Un mystérieux groupe, "Les Gardiens de la paix", revendique le forfait. Le 1er décembre, cinq films sont mis en ligne illégalement, et massivement téléchargés. Le montant des cachets des acteurs est divulgué. Le FBI lance une alerte devant l'extrême sophistication du logiciel utilisé pour faire sauter les verrous informatiques de Sony.

De nouvelles informations sont alors piratées et diffusées : le script de films à venir, les salaires des dirigeants de Sony Picture, les noms fictifs que les stars utilisent pour voyager et réserver leurs chambres d'hôtel, des échanges de mails entre la major et George Clooney, les dossiers personnels des salariés... Les données confidentielles de près de 50.000 personnes ont été divulguées.

Pour la première fois, Sony n'a pas distribué de dividendes à ses actionnaires

François Lenglet
À lire aussi

À la mi-décembre, c'est le scénario du dernier James Bond, Le Spectre, qui est diffusé. Le 17 décembre, nouvelles menaces relatives à L'interview qui tue !

Le coût du retrait du film pourrait atteindre 80 millions de dollars. Cela ne va pas arranger leurs affaires. Il faut ajouter à cela la réparation du système informatique : c'est 100 millions supplémentaires. 

Sony avait déjà subi une attaque de pirates informatique en 2011, lorsque des millions de numéros de cartes bancaires (ceux des clients de la console de jeux Playstation) avaient été publiés sur le net. Pour la première fois depuis 1958, date de la fondation de l'entreprise par le mythique Akio Morita, Sony n'a pas distribué de dividendes à ses actionnaires cette année.

Déconfiture sur toute la ligne

La Playstation a été vendue à près de 15 millions d'exemplaires. Elle fait de Sony le premier fabricant de consoles mondial, devant l'Américain Microsoft et l'autre Japonais Nintendo. Mais c'est le seul produit grand public de Sony qui cartonne. Pour le reste, c'est la déconfiture sur toute la ligne.

L'industriel a dû cesser la fabrication des PC. Il est en retrait considérable sur la photo, puisque le grand public n'achète plus d'appareils-photos (remplacés par les smartphones).

Côté téléphone justement, Sony n'est plus qu'un acteur de deuxième zone, après avoir été l'un des premiers mondiaux dans les années 2000, lorsqu'il était associé à Ericsson. 

Sony a aussi annoncé son retrait complet du marché chinois pour les téléphones, il y a six semaines, à cause des pertes qu'il enregistre. Pour faire bonne mesure, il faut encore dire que le Japonais a complètement raté la révolution des tablettes.

Sony est en fait à l'image du Japon

François Lenglet

Comment est-ce qu'une entreprise peut ainsi dégringoler si violemment ? Plusieurs facteurs l'explique : un mauvais management, un marché tourbillonnaire, l'irruption des Coréen puis des Chinois avec des coûts bien plus faibles, alors que le haut de gamme est trusté par Apple. 

Sony est en fait à l'image du Japon. Son heure de gloire, c'était l'invention du baladeur, les premiers appareils portables, le téléviseur Trinitron. Sony est aussi l'inventeur du fameux CD, avec Philips, en 1979. Cette heure de gloire, c'était à l'apogée du Japon, dans les années 1980, avant l'explosion de la bulle financière dans l'archipel.

À cette époque, Sony va jusqu'à racheter CBS, une major de cinéma américaine. Trente ans plus tard, le Japon est paralysé dans une déflation interminable. Ses géants de l'électronique sont sur le flanc.

RTL vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/