1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. L'Insee optimiste pour la croissance française en 2016
2 min de lecture

L'Insee optimiste pour la croissance française en 2016

REPLAY / ÉDITO - L'Institut national de la statistique table sur une légère baisse du chômage d'ici la moitié de l'année prochaine.

François Lenglet
François Lenglet
Crédit : Damien Rigondeaud
L'Insee optimiste pour la croissance française en 2016
03:44
L'Insee optimiste pour la croissance française en 2016
03:44
François Lenglet

Selon l'Insee, 2016 devrait être un peu meilleure que 2015, avec une légère accélération de la croissance au premier semestre. Ce n'est pas encore le démarrage en trombe, mais c'est une intensification progressive de l'activité. C'est positif pour l'industrie, avec un investissement des entreprises qui repart, c'est acceptable pour les services, et c'est enfin la stabilisation pour le bâtiment, après un effondrement de plusieurs années. Cela va suffire à faire baisser le chômage, mais à la marge seulement, à partir de la mi-2016.

Quelques dizaines de milliers d'emplois marchands seraient créés dans les entreprises privées, et autant dans le public, avec les emplois aidés. Au total, il y aurait 73.000 emplois nouveaux au total sur le premier semestre 2016. Mais comme la population active continuera à augmenter de 50.000 personnes, ça ne fait baisser le chômage que de 20.000. On est sur l'épaisseur du trait. Il faut noter que si la population active continue d'augmenter, c'est toujours en grande partie à cause de la réforme des retraites, qui retarde l'âge de sortie du marché du travail et qui fait que les seniors, bien souvent, patientent au chômage avant d'avoir leurs trimestres.

Les attentats ont coûté 0,1% du PIB

Selon l'Insee, les attentats de novembre dernier n'auraient pas d'effets durables sur l'activité. L'institut évalue l'impact des attentats à 0,1% du PIB seulement, c’est-à-dire 2 milliards d'euros de croissance en moins. C'est rien du tout : c'est comme s'il avait manqué seulement la production d'une demi-journée à celle de l'année. Cela peut néanmoins paraître une évaluation un peu faible, surtout quand on voit la situation parfois dramatique et sans précédent que connaissent en ce moment certains commerces, l'hôtellerie qui subit un trou d'air profond, les taxis des grandes villes touristiques affectés avec une chute d'activité de 10 à 30%, la restauration. L'Insee lui-même donne son chiffre avec beaucoup de précaution, en insistant sur le fait qu'il n'y a que très peu d'éléments fiables pour faire cette évaluation aujourd'hui.

En général, les prévisions de l'Insee sont fiables. L'institut a d'ailleurs publié une rétrospective de ses prévisions depuis l'an 2000. On voit qu'il se trompe sur la croissance de 0,23% en moyenne, c’est-à-dire un chiffre faible. Cela situe la machine statistique française parmi les toutes premières du monde, meilleure que celle des États-Unis ou de l'Allemagne. Elles le sont d'autant plus qu'il n'y a plus d'interventions politiques pour pousser le stylo des statisticiens et enjoliver leurs prévisions. La prévision politique, c'est celle du ministre des Finances, celle qui est associée à la préparation du Budget.

Des politiques ont aidé l'économie

À lire aussi

La petite amélioration de la conjoncture est-elle à mettre au crédit du gouvernement ? La baisse du prix du pétrole ne lui doit évidemment rien, pas plus que la baisse de l'euro : ce sont deux éléments importants qui soutiennent l'activité en France. Cette météo-là est largement indépendante de la politique économique française. Elle s'observe d'ailleurs dans toute l'Europe, et plutôt davantage ailleurs qu'en France du reste.

Mais il y a des politiques qui ont effectivement aidé l'économie. La baisse du coût du travail, avec le pacte de responsabilité, qui améliore un peu les créations d'emplois, et ce qu'on appelle le sur-amortissement, c’est-à-dire la possibilité de diminuer l'impôt sur les bénéfices d'une société lorsque celle-ci investir.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/