2 min de lecture Don

"L'État subventionne en partie la générosité des Français", souligne Lenglet

ÉDITO - Le très généreux don du gagnant à l'Euromillions aux hôpitaux constitue un défi pour les économistes, qui ignorent le critère de la générosité dans le champ de leurs études.

Francois Lenglet ok Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
La générosité, angle mort des économistes ? Crédit Image : ALAIN JOCARD / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Félix Roudaut

Le gagnant du super loto est un défi aux économistes. Tout le monde se souvient en effet de ce super tirage de l'Euromillions, qui a vu gagner un Français la somme faramineuse de 200 millions d'euros. Voilà que ce gagnant, resté anonyme, compte donner une grande partie de son lot à des causes charitables, la santé en particulier. Selon la Française des Jeux, le gagnant veut donner parce qu'il a lui même fréquenté les hôpitaux. Il est vrai que la générosité n'entre pas dans le champ d'études habituel des économistes. L'économie classique considère que la motivation principale d'un individu est son propre intérêt.

"Ce n'est pas de la bienveillance du boucher, du brasseur ou du boulanger que nous attendons notre dîner, mais plutôt du soin qu'ils apportent à la recherche de leur propre intérêt. Nous ne nous en remettons pas à leur humanité, mais à leur égoïsme", assurait l'économiste libéral écossais Adam Smith au XVIIIe siècle. Autrement dit, si les magasins sont pleins, ce n'est pas grâce à la philanthropie des commerçants, mais parce qu'ils comptent bien gagner ainsi leur vie. Adam Smith dirait certainement que le gagnant du loto veut d'abord satisfaire son propre besoin de faire le bien, et qu'en ce sens suit son intérêt propre.

5 milliards d'euros de dons par an

Ce débat conduit à se poser une question : les Français sont-ils généreux ? En 2019, ils ont donné aux associations et fondations 2,6 milliards d'euros, selon la direction du fisc, avec un don moyen de quelque 500 euros, un chiffre élevé. C'est le fisc qui donne ces éléments parce que, en France comme ailleurs, les dons sont en partie déductibles des impôts, jusqu'à 75% pour certaines causes, dans la limite d'un plafond. 

Au total, les dons seraient de 5 milliards d'euros par an, si l'on prend en compte les autres dispositifs de déduction fiscale, pour l'impôt sur la fortune et celui qui frappe les sociétés, et tous les fonds qui sont faits sans être déclarés au fisc.

À lire aussi
Royaume-Uni
Brexit : nouvelles tensions avec la "guerre de la saucisse"

C'est donc l'État qui subventionne en partie la générosité des Français. Et c'est d'ailleurs pour cela qu'en général, 40% des dons se concentrent en fin d'année pour qu'ils soient pris en compte dans la déclaration fiscale de l'année qui se termine.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Don Euromillions Économie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants