1 min de lecture Streaming

Guillaume Leblanc : "Le 'streaming' est en train de basculer dans un usage de masse en France"

REPLAY - Le directeur général du syndicat national de l'édition phonographique (SNEP) veut mettre l'accent sur les plateformes d'écoute pour soutenir l'industrie musicale.

micro generique L'éco 2.0 Bénédicte Tassart
>
Guillaume Leblanc : "Le 'streaming' est en train de basculer dans un usage de masse en France" Crédit Image : RTL.fr | Crédit Média : Philippe Roy-Contancin | Durée : | Date : La page de l'émission

Le marché de la musique a reculé de 5 % en France pour le disque et le téléchargement en 2015. Un secteur de cette industrie tranche avec le marasme général, il s'agit du "streaming". "Ce qu'on retient, c'est la très forte croissance du 'streaming', c'est la possibilité d'écouter sa musique à tout moment, on ne paye plus pour posséder, on paye pour avoir accès à sa musique. Le 'streaming' est en train de basculer dans un usage de masse véritablement en France", explique Guillaume Leblanc. Preuve de ce succès, 18 milliards de titres ont été écoutés l'année dernière sur les plateformes audios. "C'est un usage qui commence à générer des revenus importants, on a franchi l'année dernière le cap des 100 millions d'euros de revenus sur le marché français générés par le 'streaming'", précise le directeur général du SNEP.

Si la pratique a souvent été critiquée par les artistes et les maisons de disques, elle s'impose et force l'industrie à s'adapter. "Il faut prendre la vague du 'streaming'. (...) Le partage de la valeur est plus favorable à l'artiste. Vous avez moins de coûts afférents au producteur. Ce qu'on répartit aux artistes avec le 'streaming', c'est beaucoup plus favorable. Le vrai problème qui se pose, c'est la possibilité de s'abonner. Aujourd'hui, on se rend compte que la grande majorité des Français qui 'stream' le font gratuitement avec des modèles financés par la publicité. C'est bien, mais c'est largement insuffisant pour créer davantage de valeur", estime Guillaume Leblanc. Actuellement, 3 millions de personnes sont abonnées à des plateformes d'écoute, soit 5 % de la population française.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Streaming Musique
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants