1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Éleveurs en colère : la grande distribution se défend
2 min de lecture

Éleveurs en colère : la grande distribution se défend

Les grandes surfaces assurent respecter leurs engagements à payer la viande plus cher mais regrettent que l'argent n'aille pas "directement dans la poche" des agriculteurs.

Le rayon viande d'un supermarché (illustration).
Le rayon viande d'un supermarché (illustration).
Crédit : JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Face à la détresse des éleveurs, la grande distribution se défend. Les grandes surfaces achèteraient d'ores et déjà la viande plus cher qu'auparavant, respectant ainsi l'accord récemment signé. Le délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution Jacques Creyssel regrette que cet argent n'aille pas "directement dans la poche" des agriculteurs. 

"Je crois que l'élevage est dans une crise forte (...) et on partage cette détresse", a-t-il déclaré ce lundi 20 juillet sur iTélé. Il était invité à commenter les images d'éleveurs en colère, qui ont bloqué les accès au périphérique de Caen pour protester contre la faiblesse des prix de leurs productions. "Nous avons accepté d'augmenter les prix d'achat de manière importante (...), assure Jacques Creyssel. La seule chose, c'est que visiblement cet argent ne va pas dans la poche des éleveurs". 

Nous avons accepté d'augmenter les prix d'achat de manière importante (...) Visiblement cet argent ne va pas dans la poche des éleveurs.

Jacques Creyssel, représentant de la grande distribution

5 centimes supplémentaires par semaine

Une réunion de la filière - éleveurs, industriels abatteurs/transformateurs et distributeurs - s'est conclue, le 17 juin, sur l'engagement à revaloriser les prix d'achats de la viande bovine de 5 centimes par semaine. Mais selon le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, à peine 7 centimes ont été gagnés en un mois. Faux, répond Jacques Creyssel. "Nous avons augmenté comme prévu les prix de 5 centimes chaque semaine, simplement visiblement ça ne redescend pas. Pourquoi ça ne redescend pas ? C'est l'opération transparence que nous réclamons aujourd'hui, il faut que ce que nous avons fait se répercute sur les éleveurs". Et de souligner le rôle des intermédiaires "industriels, abatteurs, transformateurs". Selon ce représentant, la grande distribution réalise "une marge négative de 1,5% sur la viande fraîche" et "99% de la viande" vendue en supermarchés et hypermarchés est d'origine française. "Si c'était le cas dans les cantines et dans la restauration ça marcherait mieux". 

Les agriculteurs, qui protestent dans toute la France depuis plusieurs semaines, estiment que les prix trop faibles de la viande (porc et boeuf) ne leur permettent pas de couvrir leurs coûts de production. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.