1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. ÉDITO - L'Allemagne a sorti le bazooka pour aider les ménages à faire face à l'inflation
3 min de lecture

ÉDITO - L'Allemagne a sorti le bazooka pour aider les ménages à faire face à l'inflation

L'Allemagne a mis en place une série de mesures en matière de pouvoir d'achat à hauteur de 65 milliards d'aides.

Des billets (illustration)
Des billets (illustration)
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
LENGLET-CO - L'Allemagne a sorti le bazooka pour aider les ménages à faire face à l'inflation
00:03:36
ÉDITO - L'Allemagne a sorti le bazooka pour aider les ménages à faire face à l'inflation
00:03:36
François Lenglet - édité par Lison Bourgeois

Une nouvelle fois on regarde du côté de l'Allemagne en matière de pouvoir d’achat. Olaf Sholz a mis en place une série de mesures pour redonner du pouvoir d’achat aux Allemands. L’Allemagne a sorti hier le bazooka pour aider les ménages face à l'inflation : 65 milliards d’aides. Un bouclier tarifaire, des aides aux ménages modestes, aux étudiants et aux retraités, de légères baisses d’impôt, des subventions pour prendre les transports publics, l’augmentation du RMI et des allocations-logement... Les aides sont nombreuses.

Le montant allemand est plus élevé, mais il y a aussi plus d’Allemands que de Français. Et quand on regarde ligne à ligne, les aides françaises et allemandes sont d’abord très voisines dans leur principe, et très similaires dans leur montant. Le calendrier n’était pas le même, car la France a été plus prompte à dégainer.

Au total, les aides chez nous approchent les 50 milliards, si on prend en compte aussi l’augmentation des prestations sociales, la revalorisation du barème de l’impôt sur le revenu. Et les subventions versées par EDF, qui comptent quand même pour une dizaine de milliards.

L’Allemagne taxe les super-profits pour financer ces aides

Attention, ce n’est pas du tout la même chose que ce que propose l’opposition chez nous, qui vise toutes les grandes entreprises. Berlin veut taxer uniquement les producteurs d’électricité qui n’utilisent pas de gaz. Pourquoi ? ceux-là ont des coûts de production très faibles, ils utilisent le vent, le soleil, ou l’énergie hydraulique des barrages, et ils revendent leur électricité aux prix déments qui sont ceux d’aujourd’hui. 

À écouter aussi

Profits indus, dit l’Allemagne, à raison. Il faut noter que là encore, la France l’a fait avant l’Allemagne, avec les fameux 10 milliards qui viennent d’EDF, et avec les recettes des énergies renouvelables, énergies qui sont rachetées à prix fixes aux producteurs, et non pas aux prix du marché.

Comment se fait-il que les prix de l’électricité soient si élevés ?

Alors qu'on peut produire de l’électricité avec le vent, le soleil et les barrages, les prix de l'électricité ne baissent pas. Parce que les règles européennes veulent que les prix sur le continent s’alignent sur ceux de la production d’électricité faite à partir du gaz, et non pas à partir des moyens moins coûteux. Le tarif électrique du marché est donc, de facto, indexé sur celui du gaz. 

Ça a été conçu pour inciter les industriels à alimenter le marché quoi qu’il arrive, et éviter la pénurie. Mais il y a aujourd’hui beaucoup d’effets pervers. Plusieurs pays, dont la France, demandent aujourd’hui une réforme de cette tarification. On parle désormais de mettre en place des prix administrés par les états, c’est une révolution, comme pendant la guerre. Il est grand temps, car on n’est pas loin de la crise financière et bancaire.

Pourquoi crise bancaire ?

Pas plus tard que samedi, le gouvernement suédois a été contraint de consentir un méga-prêt à ses énergéticiens, qui étaient au bord de la faillite pour avoir à pré-payer leurs achats d’énergie, tellement les prix sont fous. La Finlande a été contrainte de faire pareil quelques heures après. Hier soir, c’était un énergéticien anglais qui appelait à l’aide. 

Une grosse faillite, et ce sont les impayés qui se transmettent à tout le secteur et aux banques qui le financent, avec un risque pour tous les déposants. La crise de 2008 a commencé comme ça. Tout récemment, Totalenergies a eu à payer 8 milliards d’euros sur une seule journée, en avance de règlement. Heureusement qu’elle les avait sur son compte. Il y a désormais un vrai risque que se produise un Lehman Brothers de l’énergie, et que le marché européen s’effondre.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires