2 min de lecture Économie

Déficits : Bruxelles émet des doutes sur la stratégie de la France

La Commission européenne a émis des doutes ce lundi sur les objectifs de la France en terme de réduction des déficits pour 2015.

Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Selon elle, la stratégie budgétaire n'est que "partiellement conforme aux exigences" du pacte de stabilité. "Le niveau de détail des mesures d'assainissement budgétaire est insuffisant pour garantir de façon crédible la correction du déficit excessif pour 2015 au plus tard", estime ce lundi 2 juin la Commission européenne dans ses recommandations macroéconomiques.

Bruxelles appuie ses conclusions sur "ses prévisions de déficit annoncées pour l'année prochaine (3,4% du PIB) et compte tenu d'un ajustement structurel sous-jacent qui est très loin d'atteindre le niveau recommandé par le Conseil".

Une partie des mesures non adoptée

La France s'est engagée à ramener son déficit public dans les clous européens, soit en-deçà de 3% du PIB, en 2015 et a obtenu pour cela un délai de deux ans. Pour y parvenir, le gouvernement français a mis sur la table un vaste programme d'économies de 50 milliards d'euro, avec pour mesure-clé le pacte de responsabilité proposé aux entreprises pour stimuler l'emploi. Il a depuis annoncé de nouvelles mesures d'économies se traduisant par un effort supplémentaire de 4 milliards d'euros en 2014.

Mais "des risques pèsent sur les objectifs du gouvernement", souligne l'exécutif européen, pour qui "une partie des mesures supplémentaires pour 2014 annoncées dans le programme doit encore être adoptée et le montant des économies prévues pour 2015 est très ambitieux".

Des réformes qui vont dans le "bon sens"

Bruxelles salue toutefois les réformes lancées par le gouvernement français, qui vont dans le "bon sens". "Les autorités françaises ont annoncé, avant les élections européennes, un paquet de mesures structurelles importantes. Notre analyse montre que ces mesures vont clairement dans la bonne direction", a déclaré le président de la Commission, José Manuel Barroso, lors d'une conférence de presse.

"Ces mesures sont dans l'intérêt de la France et des Français eux-mêmes", a-t-il ajouté, précisant qu'elles devaient être prises pour assurer la compétitivité du pays "dans un environnement international beaucoup plus exigeant".

À lire aussi
Présidentielle 2022
Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron coincé par le "quoi qu'il en coûte" ?

Le ministre des Finances, Michel Sapin, "note avec satisfaction" que la Commission européenne "valide les orientations économiques du gouvernement français".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Politique Déficit
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants