1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Déficit budgétaire : de nouvelles dépenses supplémentaires accumulées
2 min de lecture

Déficit budgétaire : de nouvelles dépenses supplémentaires accumulées

REPLAY / ÉDITO - La réduction du déficit budgétaire semble difficile. Des dépenses supplémentaires estimées à 1,5 milliard d'euros par an sont effectivement prévues.

François Lenglet
François Lenglet
Crédit : Damien Rigondeaud
Déficit budgétaire : de nouvelles dépenses supplémentaires accumulées
03:17
LENGLET 245300
François Lenglet
Animateur

François Hollande a annoncé mercredi 11 mars qu'il allait limiter encore les suppressions de postes dans les armées. Des suppressions qui étaient prévues pour faire des économies.

C'est l'occasion de se prêter à un petit calcul. Il porte sur les nouvelles dépenses qui se sont accumulées depuis seulement dix jours. Un milliard d'euros pour la lutte contre le terrorisme, annoncé le 2 mars ; 170 millions pour augmenter le nombre de contrats aidés, c'était le 6 mars ; un milliard sur trois ans pour le plan Valls contre les ghettos urbains, le 6 mars également : et le 11 mars, davantage d'emplois dans les armées. Au total, ça devrait nous faire 1,5 milliard de dépenses supplémentaires par an.

Rustines et bouts de ficelle

Comment allons nous financer tout cela ? En principe, il n'y aura pas d'impôts supplémentaires. C'est ce que le chef de l'État avait déclaré. Pas de recettes nouvelles, donc. La doctrine officielle, c'est qu'il va falloir faire des économies budgétaires ailleurs. Le problème, c'est que la Commission demande déjà à Paris quatre milliards d'économie, et qu'on ne voit pas très bien où le gouvernement compte tailler.

Le gouvernement joue la montre, en espérant que les recettes fiscales vont s'améliorer un peu grâce à la petite reprise qui se profile. Pour le reste, c'est rustines et bouts de ficelle. Ce sont des expédients, des recettes temporaires.

À lire aussi

L'exemple des armées est particulièrement parlant. Il manque plus de deux milliards d'euros pour boucler le budget de la défense. Or, les militaires sont au taquet. Ils vont donc vendre des fréquences radio qu'ils n'utilisent plus, aux groupes audiovisuels. Mais cette vente ne pourra pas se faire avant la fin de l'année, au mieux.

On escompte des futures recettes avec des futures recettes

François Lenglet

On va donc créer des sociétés privées, qui auront à charge d'acheter du matériel militaire, des avions de transport de troupes et des frégates, et qui loueront ces matériels à l'armée - ça coûte moins cher.

Ces sociétés utiliseront le produit de la vente des aéroports de Nice et de Lyon. Aéroports qui ne sont pas encore vendus... En clair, on escompte des futures recettes avec des futures recettes. C'est une sorte d'échafaudage financier.

L'autre technique, très classique, consiste à transférer à cette année des recettes ou des dépenses budgétées pour l'année prochaine. C'est ainsi que le surplus des contrats aidés sera financé. En clair, on agrandit le déficit 2016 pour atténuer celui de 2015. C'est ce qu'on appelle la politique du sapeur Camember, qui creusait un trou pour en boucher un autre.

Critiques contre le laxisme de Paris

Bruxelles vient de nous accorder deux ans supplémentaires pour arriver à un déficit plus raisonnable. Voilà vingt ans que Paris demande - et obtient d'ailleurs à chaque fois - un moratoire sur son déficit.

En attendant l'hypothétique redressement, le Français Pierre Moscovici, commissaire européen en charge, multiplie les critiques contre le laxisme de Paris en matière de réformes. Le problème, c'est qu'il n'est pas très crédible.

Il y a encore six mois, il était à Bercy et faisait exactement ce qu'il reproche aujourd'hui à la France, tout en critiquant l'austérité imposée justement par Bruxelles. Une austérité qu'on a vue à peu près partout en Europe, sauf en France.

Il y a bien les députés "frondeurs" qui la voient, mais il faudrait qu'ils changent de lunettes. Ou tout simplement qu'un jour, ils aient l'audace de franchir les frontières de notre beau pays.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/