2 min de lecture Coronavirus

Crise économique : trop d'épargne, pas assez de consommation

ÉDITO - L'épargne des particuliers atteint des niveaux très élevés en Europe, du fait d'un manque de confiance dans l'avenir. Cela pourrait bien entacher la reprise économique, explique François Lenglet.

Francois Lenglet ok Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Crise économique : trop d'épargne, pas assez de consommation Crédit Image : AFP / DANIEL ROLAND | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Benoît Collet

Le montant de l'argent que nous déposons sur nos comptes bancaires a littéralement explosé. Ce sont en effet des chiffres publiés le 27 août par la Banque centrale européenne : dans la zone euro, le montant des dépôts bancaires a progressé, sur le seul mois de juillet, de 182 milliards d'euros. C'est 10% de plus qu'un an avant. La somme d'argent déposée sur nos comptes bancaires, particuliers et entreprises, dépasse maintenant les 12.000 milliards d'euros. C'est sans précédent.
 
La précaution, la crainte des lendemains difficiles expliquent ces niveaux records. Nous sommes tous devenus des fourmis, parce qu'on est inquiets. Rien qu'en France, l'épargne des ménages a progressé de plusieurs dizaines de milliards, en bonne partie à cause du confinement c'est vrai.

Le fameux Livret A, qui est le baromètre de notre inquiétude, a vu ses encours progresser de plus de 20 milliards depuis le 1er janvier. C'est du jamais vu depuis 2012, une autre année de crise. Et c'est le principal obstacle à la reprise : nous ne dépensons pas assez. Les centaines de milliards d'euros débloqués par le gouvernement pour les aides, le chômage partiel, les prêts aux entreprises, les plans sectoriels, finissent en partie en épargne à cause de notre peur de l'avenir.

L'argent circule moins vite

La récession s'explique d'abord par l'effondrement de l'activité de secteurs entiers paralysés par l'épidémie, le tourisme, les spectacles... Mais aussi par notre inhibition à dépenser. L'argent ne circule plus aussi vite qu'auparavant, c'est pour cela que la croissance ralentit. C'est la circulation de l'argent qui fait la croissance. La croissance n'est pas autre chose que la propension des acteurs économiques, consommateurs compris, à échanger.

Pour remédier à cette situation, il est indispensable de rétablir la confiance, ce qui peut justement passer par une politique adaptée de la part de la BCE. Quand la vitesse de circulation de l'argent chute, et c'est toujours pour des raisons psychologiques, la Banque centrale diffuse alors davantage de liquidités pour compenser. C'est exactement ce qu'elle fait en ce moment, en créant massivement de l'argent, dans le but de rétablir la croissance.

À lire aussi
Le ministre de la Santé Olivier Véran, le 23 septembre 2020 Coronavirus France
Covid-19 : fermeture des bars et restaurants à Aix-Marseille et en Guadeloupe dès lundi

Il y a une équation fondamentale en économie : P (production) = M (masse monétaire) × V (vitesse de circulation). Tout l'enjeu de la politique de relance, c'est de nous convaincre de sortir nos cartes de crédit pour faire baisser le niveau anormal de nos comptes bancaires.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Économie Épargne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants