1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Concurrence déloyale : Bruxelles s'attaque aux importations d'acier chinois
3 min de lecture

Concurrence déloyale : Bruxelles s'attaque aux importations d'acier chinois

REPLAY / ÉDITO - Bruxelles a décidé de surtaxer à plus de 25% les importations d'acier en provenance de Chine afin de protéger le marché européen.

François Lenglet
François Lenglet
Crédit : Damien Rigondeaud
Concurrence déloyale : Bruxelles s'attaque aux importations d'acier chinois
00:03:27
François Lenglet

L'Europe passoire commence à boucher ses trous. Voilà qu'elle frappe ces produits chinois de taxes pouvant aller jusqu'à 25%, de façon à augmenter leurs prix pour rétablir avec les fabricants européens une concurrence normale. Ce n'est que la dernière affaire dans le genre. Elle vient aussi de gagner un contentieux, avec la Chine également, portant sur les verres utilisés dans les panneaux solaires.

Elle a dans son viseur des produits chimiques d'Indonésie, des panneaux solaires asiatiques et des céramiques chinoises. À chaque fois, même punition, même motif : ces producteurs vendent à perte dans le but de gagner indûment des parts de marché. Ils sont donc taxés.

Préjudice économique et social

Mais comment peut-on prouver qu'ils sont déloyaux ? Certains des industriels chinois ou taïwanais concernés ont préféré coopérer, pour ne pas que leurs produits subissent les sanctions. Ils ouvrent alors leurs livres de comptes, et on se rend compte que leurs fabrications sont vendues moins cher que la matière première.

Dans le cas d'aujourd'hui, l'enquête a établi qu'à cause de ces pratiques, les industriels européens ont vu leur part de marché chuter de 5%, tandis que l'emploi du secteur a diminué de 11%. C'est donc un préjudice économique et social important.

Si on avait protégé à outrance la diligence, on n'aurait jamais inventé la voiture

François Lenglet

Pourquoi la Commission se met-elle soudain à multiplier les enquêtes ? Il n'y a pas si longtemps, Arnaud Montebourg (il était ministre à l'époque) dénonçait l'Europe comme "idiot du village mondial", en regrettant qu'elle se protège moins que les autres grands pays, comme les États-Unis ou la Chine. Ça n'était pas vraiment faux.

Mais le climat a changé. Là où la Commission était dogmatique sur le libre-échange, elle est aujourd'hui plus pragmatique. Bruxelles s'est un peu assouplie avec la crise et la montée du chômage. On tolère moins les pratiques litigieuses.

Il s'agit d'une forme légère de protectionnisme. Il y a des degrés dans la protection. Autant il est indispensable de fermer les frontières aux pays ou aux industriels qui ne respectent pas les règles du commerce, autant une protection systématique finirait par tuer notre industrie. Elle ne serait plus incitée à innover et à améliorer ses produits. Si on avait protégé à outrance la diligence, on n'aurait jamais inventé la voiture.

Le problème en Europe, c'est qu'il y a 28 pays, et qu'il n'y a pas de frontières entre nous. Les produits circulent librement. Une décision qui serait prise par un seul aurait des conséquences sur tous les autres. Il faut donc mettre tout le monde d'accord, et c'est compliqué.

Les Japonais avaient bloqué les importations de bœuf d'Amérique, arguant que leur estomac ne le supportait pas

François Lenglet

L'Allemagne est, par exemple, très hostile aux sanctions, parce qu'elle exporte beaucoup et qu'elle redoute les mesures de rétorsion. C'est beaucoup plus facile quand il n'y a qu'un gouvernement, comme aux États-Unis.

Taxer de manière unilatérale, c'est prévu par les règles internationales pour les cas d'urgence. Mais les victimes ne sont pas sans défense. Elles peuvent plaider leur cause devant l'Organisation mondiale du commerce, à Genève, qui est une sorte de tribunal international.

Ou alors elles prennent justement des mesures de rétorsion sur des produits qu'elles importent, en invoquant, par exemple, un prétexte sanitaire. C'est ainsi que les fromages français se sont trouvé pénalisés aux États-Unis, après une guerre commerciale transatlantique.

Il fut un temps, les Japonais avaient même bloqué les importations de viande en expliquant que leur estomac, délicat, ne supportait pas le bœuf venu d'Amérique.

RTL vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire