2 min de lecture Économie

"La loi Macron, c'est un premier pas" dit Pierre Moscovici

INVITÉ RTL - La Commission européenne doit rendre aujourd'hui son verdict sur le budget 2015 de la France, avis accompagné d'une nouvelle recommandation sur le calendrier de réduction des déficits.

Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
"La loi Macron, c'est un premier pas" dit Pierre Moscovici Crédit Image : Paul Guyonnet / RTL.fr | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Claire Gaveau
Claire Gaveau
Journaliste RTL

La Commission européenne a accordé un délai de deux ans à la France pour ramener son déficit public sous la barre des 3% de PIB, soit jusqu'en 2017. Alors que certains observateurs parle d'une véritable surveillance de l'Union européenne, Pierre Moscovici refuse ce terme. "Ce n'est pas la diplomatie qui m'interdit de le faire, c'est la vérité. Il ne s'agit absolument pas d'une surveillance. La France doit respecter des règles communes qui sont fixées dans le pacte de stabilité et de croissance", a expliqué le Commissaire européen.  

J'ai toujours estimé que les sanctions étaient une erreur. L'Europe n'est pas fait pour punir

Pierre Moscovici
Partager la citation

Ce nouveau délai est le troisième accordé à la France. "Ces règles n'ont pas été respectées dans le passé, et encore une fois, c'est un chemin qui est donné à la France, ce n'est pas une punition, une sanction. J'ai toujours estimé que les sanctions étaient toujours une erreur. L'Europe n'est pas fait pour punir, pour contraindre", a-t-il avancé. Pour l'ancien ministre de l'Économie, l'Union européenne doit inciter les pays à se réformer. Garder les déficits élevés c'est de l'endettement en plus et un avenir en moins pour les générations futures", a-t-il prévenu.

Je ne parle pas de sanction, je ne parle pas de surveillance, je parle d'incitations"

Partager la citation

"Je ne parle pas de sanction, je ne parle pas de surveillance, je parle d'incitations" a clamé Pierre Moscovici avant d'ajouter, "Mais en même temps ces incitations sont pressantes d'une certaine façon, puisque nous avons des procédures, et la France n'est pas du tout en situation d'être sanctionnée, mais on lui dit de manière ferme en effet : 'Il faut les faire ces réformes, comme tous les pays d'Europe'".

La loi Macron, une réforme structurelle

Les réformes ? La loi Macron en France. "L'Assemblée nationale a dû s'engager à adopter la loi Macron. C'est une réforme structurelle car cela permet de modifier certains nombres de comportements, d'ouvrir à la concurrence et cela permet à l'économie française d'être plus souple et plus réactive. C'est un premier pas", a lancé Pierre Moscovici. Le but ? Atteindre les 3% de déficit. "Il faut commencer à faire une réduction du déficit dit structurelle de 0,5 point. C'est la règle minimale en Europe. Or d'après nos calculs, la France n'a pas prévu 0,5% mais 0,3%. Ce n'est pas dans les clous", a-t-il critiqué.  

Je ne suis pas là pour tenir la main du gouvernement

Pierre Moscovici
Partager la citation
À lire aussi
école
Les infos de 6h - Petits-déjeuners gratuits à l'école : le gouvernement renforce le dispositif

L'ancien ministre des Finances refuse pourtant de "tenir la main au gouvernement". "Le 18 février, il y a eu l'amorce de ces réformes au Conseil des ministres. Maintenant, il faut les mettre sur le papier et les transformer en projet, en programme puis en projet de loi", a-t-il argumenté.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Vidéo Commission européenne
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants