1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Bisphénol A interdit : "On peut craindre des délocalisations", dit un syndicaliste
1 min de lecture

Bisphénol A interdit : "On peut craindre des délocalisations", dit un syndicaliste

REPLAY - L'interdiction du bisphénol A votée en 2013 est désormais appliquée. Le syndicat national des fabricants de boîtes, emballages et bouchages métalliques craint des délocalisations.

Le bisphénol A interdit à partir de 2015 (ILLUSTRATION)
Le bisphénol A interdit à partir de 2015 (ILLUSTRATION)
Crédit : REMY GABALDA / AFP
Bisphénol A interdit : "On peut craindre des délocalisations" dit un syndicat
01:31
Top 14 : le choc Lyon-Stade Français ce vendredi au Matmut Stadium
02:19:55
La Philharmonie, nouveau haut lieu de la musique à Paris
02:53
Virginie Garin & Cécile De Sèze

Le bisphénol A est désormais interdit dans tous les contenants alimentaires. Il y avait jusqu'à présent une seule interdiction qui concernait les biberons. Aujourd'hui, elle touche également les bouteilles en plastique, les canettes ou encore les boîtes de conserve. Le bisphénol A est soupçonné d'être toxique, il s'agit donc d'un principe de précaution sanitaire. Mais cette interdiction inquiète les professionnels du secteur.

À l'intérieur des boites de conserves ou des canettes, une fine couche de résine protège les aliments du métal. Le bisphénol A servait à fabriquer cette résine. Les industriels ont dû le remplacer par d'autres substances chimiques moins toxiques, mais plus compliquées à utiliser. Ce qui les ennuie surtout, c'est que la France est le seul pays à interdire le bisphénol A dans les emballages en métal. Or, la nouvelle loi concerne aussi les produits qu'ils exportent et leurs clients étrangers ont du mal à comprendre.

De nombreux clients étrangers ne veulent pas entendre parler de résine alternative

Olivier Draulette, délégué général du syndicat national des fabricants de boîtes, emballages et bouchages métalliques

"La difficulté, c'est que de nombreux clients étrangers ne veulent pas entendre parler de résine alternative. Ils veulent des résines qui correspondent à la fois à la réglementation internationale, et aux règles de sécurité internationales. Si cette loi perdure, il y a fort à craindre que l'on assiste à certaines délocalisations pour éviter de perdre nos clients à l’export", prévient Olivier Draulette délégué général du syndicat national des fabricants de boîtes, emballages et bouchages métalliques.

Dans quelques semaines, l’Europe va à son tour se prononcer sur le bisphénol A. Soit ses experts disent qu'il n'y a pas de danger et Bruxelles demandera à la France de revenir sur l'interdiction, soit ils confirment la toxicité et cette fois, ce sont les industriels de toute l’Europe qui devront changer leurs emballages. Les Français auront pris de l'avance.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/