1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Basses eaux pour les auto-entrepreneurs
2 min de lecture

Basses eaux pour les auto-entrepreneurs

ÉDITO - La publication des chiffres des créations d'entreprises durant l'été a créé la surprise : les micro-entreprises sont en baisse sensibles.

Basses eaux pour les auto-entrepreneurs
00:03:01
Basses eaux pour les auto-entrepreneurs
00:03:07
Loïc Farge
Loïc Farge

Cela peut paraître surprenant : on a tellement vanté le succès initial de ce régime, on parlait de vague de créations. Nous sommes aujourd'hui dans une phase de basses eaux. En 2015, 46% des nouvelles entreprises enregistrées étaient des micro-entreprises. Cette proportion est tombée à 40%, et la marée continue de baisser. Ce statut, qui est entré en vigueur en 2009 et qui permet aux salariés, aux retraités, aux chômeurs ou aux étudiants de développer une activité pour faire croître leurs revenus, n’accroche plus.

Les débuts avaient pourtant été très prometteurs. Mais c’était sans compter sur notre terrible capacité à déstabiliser les initiatives innovantes. On a donc fait subir à ce statut un régime bien connu. D'abord, l'instauration de l’instabilité. En moins de huit ans d’existence, les auto-entrepreneurs ont subi treize évolutions législatives ou réglementaires. Soit un bouleversement quasiment tous les semestres. De quoi effrayer les plus tenaces.

Même très imparfait, ce régime n’est pas sans intérêt

Christian Menanteau

Deuxième potion : un alourdissement de la charge fiscale. Légère au départ, elle n’a cessé d’augmenter. À la facture initiale se sont greffées la Cotisation financière des entreprise (CFE), la Contribution à la formation professionnelle (CFP), les frais et timbres de chambre de commerce et d’industrie, etc. Pas indolore quand votre chiffre d'affaires maximum est limité à 32.900 euros par an. Pour couronner le tout, comme le bébé était initialement assez simple et compréhensible, on l’a rendu de plus en plus complexe.

Peut-on anticiper une disparition lente de ce statut ? Ce serait regrettable. Même très imparfait, ce régime n’est pas sans intérêt. Dans un marché du travail aussi peu ouvert et dynamique que le nôtre, c’est un bon marchepied pour une première activité ou un retour à l’emploi. Il a par ailleurs la vertu de réduire le travail au noir. Maintenant si les lobbies et Bercy lui veulent la peau...

Le bloc-notes

À écouter aussi

- Pour soutenir l'emploi, les associations vont bénéficier d'un crédit d'impôt sur les salaires des employés.

- La loi Pinel va autoriser la transmission des commerces ambulants et de leurs emplacements. Ce qui va donner une valeur marchande à ces activités.

La note du jour

15/20 à Franck Baudino. Sa jeune entreprise H4D, qui fabrique des cabines capable d'effectuer de véritables consultations à distance, vient de lever 10 millions d'euros pour son développement dans le monde. Sa cabine peut effectuer 91% des actes d'une consultation médicale. L'avenir des déserts médicaux. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/