1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Automobile : la dynamique retrouvée devrait se poursuivre
2 min de lecture

Automobile : la dynamique retrouvée devrait se poursuivre

REPLAY / ÉDITO - Le marché automobile français a retrouvé une belle croissance en 2015. Un retour en forme qui était attendu depuis des années. Pourquoi ce virage ?

Automobile : la dynamique retrouvée devrait se poursuivre
03:20
Automobile : la dynamique retrouvée devrait se poursuivre
03:39
Loïc Farge
Loïc Farge

Il y a deux explications essentielles. D'abord le retour à une évolution plus conforme à la dimension de l’économie française. Nous étions le seul grand pays européen où les ventes étaient scotchées depuis 2009. Il y avait un phénomène de rattrapage mécanique en attente. Il a eu lieu ces derniers mois. En revanche, ce qui n’était pas attendu c’est sa puissance : +7% de croissance, c’est-à-dire plus de 1,9 million de véhicules neufs immatriculés. C'est bien au-delà des prévisions des spécialistes. Carlos Ghosn, le PDG de Renault-Nissan, n’espérait pas plus de 1,5% de progression pour le marché français en 2015. Il n’avait probablement pas anticipé le second facteur : la baisse spectaculaire du prix des carburants qui redonne aux déplacements automobiles toute leur compétitivité, et qui pousse au renouvellement du parc automobile qui est l’un des plus âgé d’Europe.

L'embellie va-t-elle se poursuivre ? Il est peu probable que les ventes augmentent encore de 7% en 2016. Cela dit, la dynamique retrouvée devrait logiquement se poursuivre. D'abord parce que les bases sont plus saines. Il n’y a pas d’effet prime à la casse. En 2011 et 2012, cela avait dopé le marché pour mieux l’étouffer ensuite. Ensuite, parce que la conjoncture économique générale devrait légèrement s'améliorer par rapport à 2015. Il n'y a pas de trou de croissance à craindre, surtout si la reprise du BTP et du logement se confirme dans le mois à venir. Enfin, sauf conflit de grande intensité au Moyen-Orient, le prix du pétrole devrait rester encore très bas et donc favoriser l’usage de la voiture.

Le pavillon français, même fabriqué à l’étranger, continue de séduire

Christian Menanteau

Ces clients qui reviennent dans les concessions veulent continuer de rouler français. PSA + Renault représentent 54% du marché (65 % si on y inclus les véhicules utilitaires légers). Le pavillon français, même fabriqué à l’étranger, continue de séduire.

La grande évolution, c’est l’explosion du moteur essence, grâce à une fiscalité diesel beaucoup moins favorable, peut-être aussi grâce au scandale Volkswagen, et pourquoi pas au sommet Climat de Paris, qui ont fait sérieusement reculer le gazole : en un an, il est tombé de 64 à 57% de part de marché. Par ailleurs même si ce n’est pas la grande foule, on notera que la percée de l’hybride (+3% du marché), se poursuit. En revanche, le tout électrique (17.266 immatriculations l’an dernier) reste très marginal.

Le bloc notes

À lire aussi

- Après l'alliance Ford-Google, c'est au tour de General Motors de se rapprocher du principal concurrent d'Uber. Au menu là encore, le développement de la voiture autonome.

- Orange ne négocie pas uniquement le rachat de Bouygues Télécom. L'opérateur va s'emparer de Groupama Banque pour lancer dès 2017 Orange Banque.

La note du jour

14/20 au japonais Mitsubishi, qui vient de réussir pour la première fois la mise sur orbite d'un satellite privé. Voilà une nouveau concurrent pour Ariane Espace.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/