1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Alcatel : Michel Combes va partir avec 13,7 millions d'euros de primes
1 min de lecture

Alcatel : Michel Combes va partir avec 13,7 millions d'euros de primes

Le directeur général de l'équipementier de télécommunications Alcatel-Lucent aurait dû toucher 8,2 millions de moins mais les règles ont été modifiées cet été.

Michel Combes devrait prendre la présidence du conseil d'administration de l'opérateur Numericable-SFR
Michel Combes devrait prendre la présidence du conseil d'administration de l'opérateur Numericable-SFR
Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

C'est donc un joli parachute qui est offert à Michel Combes, directeur général d'Alcatel-Lucent, qui va prendre la présidence du conseil d'administration de SFR dès lundi. C'est le Journal du Dimanche qui dévoile l'information dans son édition du 30 août. 

Michel Combes devrait toucher sur les trois prochaines années, une prime totale de 13,7 millions d'euros. Cette prime sera donc versée en plusieurs fois. Grâce à sa clause de non-concurrence, le futur-ex directeur d'Alcatel va recevoir 4,5 millions d'euros sur trois ans. Le premier tiers de cette somme lui sera versée dès le mois de septembre 2015, soit 1,8 millions d'euros.

Il touchera aussi 350.000 euros dans les semaines à venir. Une partie du million d'euros de stock-options qu'il va recevoir, également échelonné sur trois ans également. Mais la plus grosse partie des 13,7 millions d'euros qu'empochera Michel Combes en définitive réside dans des actions. Au total, 8,2 millions d'euros d'actions qu'il pourra vendre entre 2016 et 2018.

Des règles modifiées en toute discrétion

Une coquette somme qui aurait dû ne pas faire partie du package de départ. Mais le JDD révèle que dans le courant de l'été, les règles régissant les actions au sein d'Alcatel-Lucent ont été changées sans que personne, ou presque ne s'en aperçoive. Michel Combes qui a intégré Alcatel il y a moins de trois ans, n'aurait normalement pas dû se voir octroyer ces actions. Il aurait dû rester plus de trois ans dans l'entreprise pour les faire débloquer. 

À lire aussi

Chose qui n'est visiblement plus d'actualité désormais.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/