1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Y a-t-il vraiment 274 millions de francophones dans le monde ?
1 min de lecture

Y a-t-il vraiment 274 millions de francophones dans le monde ?

Le sommet de la francophonie se tient ce weekend des 26 et 27 novembre à Madagascar.

Un professeur dans une école élémentaire, le 9 septembre 2014 à Paris
Un professeur dans une école élémentaire, le 9 septembre 2014 à Paris
Crédit : AFP / Archives, Fred Dufour
Y a-t-il vraiment 274 millions de francophones dans le monde ?
00:05:50
micro generique
La rédaction de RTL

Le sommet de la francophonie se tient à Madagascar ce weekend des 26 et 27 novembre. Le président François Hollande est sur place et se réjouit que la langue de Molière soit la cinquième plus parlée au monde, avec 274 millions de locuteurs. Mais pour Alain Bentolila, linguiste qui publie L'École contre la barbarie (éd. First), "ce petit monde de la francophonie, qui se goberge au frais des États et surtout de la France, à grands coups de colloques et de voyages, truque les chiffres." Celui-ci estime en effet que "le fait de compter les écoliers qui fréquentent les écoles africaines qui sont en français et ne parlent pas ou parlent très mal le français" ne peut pas être pris en compte dans la même mesure qu'un français parlé parfaitement.

Pour Alain Bentolila, "les Canadiens francophones parlent bien français", de même que "les élites d'un certain nombre de pays francophones au Maghreb et en Afrique subsaharienne". Toutefois, selon lui "l'on se gargarise du fait que le français est langue d'apprentissage dans les écoles d'un certain nombre de pays", tandis qu'"apprendre à lire et écrire en français" à des enfants qui ne parlent pas la langue peut constituer, d'après lui, un passeport pour l'analphabétisme". 

En tout cas, Alain Bentolila "ne jette pas la pierre" à la modernité des réseaux sociaux pour l'apprentissage de la langue française, pour peu que "chacun soit capable de s'exprimer avec une chance d'être compris et de recevoir l'autre avec autant de bienveillance que de vigilance". Le linguiste s'attarde sur cette notion de vigilance, pointant du doigt des "inégalités considérables" dans l'apprentissage du français, "avec des enfants qui arrivent au CP avec quelque 400 ou 450 mots contre d'autres qui en ont plus de 2.000". "Ces inégalités-là sont, en germe, la source de ce qu'il va se passer beaucoup plus tard : on va avoir des enfants qui, faute de maîtriser le français, sont vulnérables face aux discours dangereux et manipulatoires", poursuit Alain Bentolila, comme il le développe dans son ouvrage.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.