2 min de lecture Société

Voies sur berge à Paris : l'évaporation du trafic semble commencer

Un nouveau bilan de la préfecture de police montre que le trafic ne se reporte plus complètement sur les principaux axes de substitution.

Des bouchons dans les rues de Paris
Des bouchons dans les rues de Paris Crédit : SIPA
JulienAbsalon1
Julien Absalon
Journaliste RTL

Le centre de Paris commence-t-il à se débarrasser de certaines voitures ? Dans son édition de mardi 13 novembre, Le Parisien révèle les dernières tendances chiffrées de la fermeture tant contestée des voies sur berge. Un enseignement ressort de ce deuxième bilan effectué par la préfecture de police : un début "d'évaporation" du trafic commence à se constater

Selon les chiffres fournis par le préfet Michel Cadot, 2.500 véhicules par heure étaient décomptés à la sortie des Tuileries avant la fermeture en juillet dernier des voies sur berge. Mais les autorités ont constaté qu'environ 1.500 véhicules se sont finalement reportés en novembre sur les principaux itinéraires de substitution, à savoir les quais hauts rive droite et le boulevard Saint-Germain. Il manque donc à l'appel un millier de véhicules.

Si la plupart se sont notamment retrouvés sur le périphérique ou l'A86, cela semble également être le signe que l'évaporation du trafic pourrait bien être en marche. Plusieurs expériences dans des villes du monde entier montrent que la réduction du réseau routier peut entraîner une baisse globale du volume de circulation. Selon un professeur britannique en politique de transports, cité par Le Monde, cette diminution se porte à 11% en moyenne. Cela s'explique notamment par un changement de comportement des automobilistes, car certains de changer leurs habitudes de vie, d'abandonner leur voiture ou de privilégier d'autres moyens de transport.

À lire aussi
Le maire de Strasbourg, Roland Ries. Attaque à Strasbourg
Attentat de Strasbourg : il faut "retrouver notre vivre-ensemble", dit Roland Ries sur RTL

Des temps de parcours allongés

Mais en attendant que ce phénomène ne se renforce, les automobilistes doivent prendre leur mal en patience. Par rapport à l'an dernier, les temps de parcours sur les quais hauts rive droite et le boulevard Saint-Germain ont explosé. Il faut désormais 23 minutes pour effectuer le tronçon Concorde-Henri IV entre 18 et 19 heures, contre 12 minutes auparavant. Soit le double. Durant l'heure de pointe du matin, entre 8h et 9h, la durée du trajet a augmenté de trois minutes et atteint désormais 14,9 minutes.

Mais ces chiffres ont la particularité de concorder avec ceux qui avaient été évoquées dans une étude d'impact préalable. La gêne occasionnée dans cette mesure pour les automobilistes était donc prévue. Un prochain bilan aura lieu en février 2017. Reste à savoir si les nouveaux temps de passage seront bons.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Paris Pollution
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7786264212
Voies sur berge à Paris : l'évaporation du trafic semble commencer
Voies sur berge à Paris : l'évaporation du trafic semble commencer
Un nouveau bilan de la préfecture de police montre que le trafic ne se reporte plus complètement sur les principaux axes de substitution.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/voies-sur-berge-a-paris-l-evaporation-du-trafic-semble-commencer-7786264212
2016-12-13 21:17:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Qf1PPZhvNtBx8cUkF9pySA/330v220-2/online/image/2016/1129/7786035002_des-bouchons-generes-par-la-fermeture-des-voies-sur-berge-a-paris.jpg