1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Violences durant les manifestations : le gouvernement veut ramener l'ordre avant l'Euro 2016
1 min de lecture

Violences durant les manifestations : le gouvernement veut ramener l'ordre avant l'Euro 2016

Jeudi 12 mai, les manifestations à Paris, Rennes, Nantes ou Toulouse ont généré des violences contre la police.

Violences lors de la manifestation à Nantes le 12 mai 2016
Violences lors de la manifestation à Nantes le 12 mai 2016
Crédit : JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Violences contre la polices lors des manifestations
01:30
Marie de Fournas

Après les nouvelles violences à Paris, Rennes, Nantes ou Toulouse jeudi 12 mai, le gouvernement prend des mesures pour éviter les dérapages. Deux nouvelles journées d'action sont prévues mardi 17 et jeudi 19 mai. Avant cela, samedi 14 mai, une autre manifestation devait avoir lieu à Rennes contre les violences policières mais la préfecture a préféré l'interdire. 

En langage politiquement correct, le gouvernement explique qu'il faut recentrer les moyens sécuritaires sur les risques d'attentat. En réalité, cela veut dire que les policiers en ont ras-le-bol. Le maintien de l'ordre est certes leur métier et la liberté de manifester un droit fondamental, mais depuis quinze jours la tension est montée d'un cran. Après les slogans vengeurs, les casseurs veulent maintenant "se faire un flic". C'est en tout cas ce qui remonte des rapports d'intervention des forces mobiles. 

Les policiers n'ont plus le temps d'essuyer des jets de pierres

Depuis deux mois, rien que sur Paris, 180 policiers ont été blessés. "Les forces sont donc sur-sollicitées", alerte leur hiérarchie qui rappelle que depuis début mars plus de 100 manifestations ou rassemblements se sont déroulés sur la capitale. 

L'interdiction de manifestation à Rennes ne peut pas devenir une généralité, mais les autorités réfléchissent à donner un tour de vis. À l'approche de l'Euro, quelques assignations à résidence de certains meneurs pourraient resurgir. En effet, l'état d'urgence le permet : cela s'est déjà fait juste avant la COP 21 en fin d'année dernière. L'objectif est en tout cas très clair : les policiers n'ont plus le temps d'essuyer des jets de pierres à longueur de journée. De plus, le RAID mobilisé jeudi 12 mai à Nantes pour déloger des manifestants perchés sur un toit, a aussi d'autres priorités.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

pub
pub
pub
pub
En Direct
/