2 min de lecture Paris

Vélib' : qu'est-ce que Smoove, la start-up qui a battu JCDecaux ?

Les Vélib', vélos en libre-service de l'agglomération parisienne, vont changer de fournisseur le 1er janvier prochain : les autorités locales ont officialisé l'attribution du marché pour 15 ans au consortium Smoovengo, aux dépens du sortant JCDecaux.

Les Vélomagg de Montpellier, gérés par la compagnie Smoove, le 4 avril 2017
Les Vélomagg de Montpellier, gérés par la compagnie Smoove, le 4 avril 2017 Crédit : PASCAL GUYOT / AFP
Julien Absalon
Julien Absalon
et AFP

Vu de loin, le duel pour le renouvellement du marché d'exploitation des Vélib' semblait quelque peu déséquilibré. D'un côté, en association avec la SNCF et la RATP, il y avait le sortant JCDecaux : multinationale française, à plus de 10.000 salariés, devenue championne du monde de l'affichage publicitaire. De l'autre, Smoove : petite start-up montpelliéraine en pleine croissance, qui compte un effectif d'une trentaine de salariés. Malgré tout, c'est bien la PME qui est parvenue à s'emparer du guidon de ces vélos en libre-service à Paris.

Le syndicat mixte chargé de renouveler le contrat pour la période 2018-2032 a officiellement attribué mercredi 12 avril le marché à Smoove (qui dirige dans le cas présent le consortium franco-espagnol Smooveengo). La signature de l'accord, d'une valeur de 600 millions d'euros toutes taxes comprises, est toutefois suspendue à la décision du tribunal administratif de Paris sur le recours en référé déposé par JCDecaux.

Des systèmes innovants

Malgré son petit effectif, la société Smoove était en réalité donnée favorite dans ce dossier. Créée en 2008 près de Montpellier par trois frères passionnés de vélo, elle a connu un développement fulgurant en France et à l'international, grâce à ses innovations techniques. Dirigée par Laurent Mercat, fervent défenseur de la "mobilité durable", l'entreprise est basée dans la petite commune de Saint-Gély-du Fesc, à une dizaine de kilomètres au nord de Montpellier, et dotée d'un bureau d'étude et d'ingénierie où sont construits les matériels à Oullins, près de Lyon.

La success-story a pu commencer sous l'impulsion du défunt maire de Montpellier Georges Frêche, qui souhaitait une alternative à JCDecaux pour ses vélos partagés. Ce qui donne aujourd'hui les Vélomagg. Depuis, elle s'était imposée dans 26 villes françaises et étrangères : Nice, Strasbourg, Helsinki, Bangkok, Chicago, Marrakech, entre autres. Un sacré portefeuille qui lui vaut de gérer plus de 8.800 vélos en libre-service et 715 stations. Des chiffres qui vont exploser avec les 20.000 vélos et 1.800 stations du Vélib' gris parisien.

À lire aussi
Jordan Bardella élections municipales à Paris
Municipales à Paris : "Tout sauf Hidalgo", lance Bardella sur RTL

Pour s'imposer aussi vite, Smoove a séduit avec ses technologies innovantes. En premier lieu : sa "Smoove Box", un boîtier électronique placé dans la potence et qui gère non seulement le déverrouillage du vélo et son système antivol (une "fourche cadenas" réputée plus efficace contre le vandalisme), sans avoir besoin d'utiliser une clé ou un totem. Un petit écran délivre aussi quelques informations pratiques aux usagers, comme la distance parcourue et le temps de location. Par ailleurs, les citadins parisiens pourront aussi profiter de vélos plus légers et plus solides, dont un tiers d'entre eux seront équipés d'une assistance électrique.

>
Smoove 2014 - Moscow city - VELOBIKE - " How to use Smoove bike with Troika card "
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Paris Transports Vélib
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants