1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Vacances d'été : 44% des Français pensent partir, mais pas au Maghreb
3 min de lecture

Vacances d'été : 44% des Français pensent partir, mais pas au Maghreb

44% des Français envisagent de partir en vacances cet été, soit deux millions de personnes de plus qu'en 2014. Si les stations balnéaires françaises restent prisées, la Bretagne tire son épingle du jeu. À l'étranger, les Français boudent le Maghreb en raison d'une peur accrue d'attentats.

Des vacanciers sur la plage du Testraou en Bretagne (illustration).
Des vacanciers sur la plage du Testraou en Bretagne (illustration).
Crédit : AFP / MIGUEL MEDINA
La rédaction numérique de RTL & AFP

À la veille des vacances d'été, les Français semblent un peu plus enclins à partir qu'en 2014, avec une prédilection croissante pour la location entre particuliers mais toujours autant de frilosité pour les destinations du Maghreb.

Deux millions de vacanciers en plus par rapport à 2014

"C'est une bonne année, pas mal de voyants repassent au vert. 44% des Français envisagent de partir cet été contre 42% l'été dernier, ce qui représente tout de même deux millions de personnes en plus", résume Didier Arino, directeur du cabinet Protourisme. Et en termes de réservations pour juillet et août, "c'est plutôt positif car à la date d'aujourd'hui, on est en hausse de 3%, après deux ans de baisse", souligne-t-il.

"C'est la première année depuis quatre ans où on retrouve un début d’optimisme dans les intentions de départs en vacances. Et la dernière minute va aussi jouer, 15% à 20% des gens qui partent réservent au dernier moment", renchérit Jean-Pierre Nadir, PDG du portail easyvoyage.com.

Les actifs, les classes moyennes et les retraités repartiront plus en vacances cet été, tout comme les habitants des villes petites et moyennes "qui ont repris du pouvoir d'achat en raison de la baisse du prix des carburants et de l'alimentaire", selon Didier Arino.

À lire aussi

Côté budget, on est en légère baisse, à 1.273 euros en moyenne contre 1.312 l'été dernier. Mais, détaille Didier Arino :

C'est logique car il y a plus de partants, et dans les partants on en a plus à petit budget: 26% des foyers qui partiront ont moins de 500 euros de budget. On note aussi une baisse des gros budgets : 32% des foyers dépenseront plus de 1.500 euros, contre 36% l'an dernier

Du fait d'un porte-monnaie peu fourni, les modes d'hébergement réputés moins chers ont la cote et "cette année le grand gagnant est la location entre particuliers, en très forte progression, et AirBnb est loin d'être majoritaire, il y a énormément d'autres circuits et de sites", indique-t-il.

Chez Abritel, portail spécialisé dans la location entre particuliers, on confirme : "la demande pour cet été est en hausse de 13% par rapport à l'an passé, avec +10% pour la destination France et +18% pour les réservations vers l'étranger", résume Vincent Wermus, directeur général pour la France.

Boom pour la Bretagne, le Maghreb boudé

Si les destinations littorales restent privilégiées, la Bretagne affiche un boom de 28% de réservations supplémentaires par rapport à 2014, car les régions de l'ouest "sont généralement plus abordables que le sud". La France devrait rester la destination favorite des Français, 56% d'entre eux n'en sortiront pas cet été, selon le baromètre européen Ipsos-Europ Assistance qui indique également que les sondés français "expriment beaucoup plus d’inquiétude à l’égard du risque d’attentat que l’année dernière : 38% se disent très préoccupés, soit 10 points de plus qu’en 2014".

Les attentats à Paris en janvier et celui de Tunis au musée du Bardo (22 morts dont 21 touristes en mars) ont clairement pesé : pour cet été, les réservations des Français pour le Maroc et la Tunisie sont en chute libre de 32,7% et 37,7% respectivement, selon le syndicat des tour-opérateurs français (Seto). Et en Tunisie, pour la toute première fois, les Français, premier contingent historique de touristes, ont été dépassés par les Anglais en début d'année, indique René-Marc Chikli, président du Seto.

Jean-Pierre Mas, président du syndicat français des agences de voyage (Snav), souligne :

Très clairement, les vacanciers ont peur d'aller dans un pays musulman. Ce qui était le cas pour l'Afrique du nord et l'Egypte depuis plusieurs années s'étend aussi à la Turquie en partie et également à l'Indonésie

Reste à voir si les réservations de dernière minute ou une mauvaise météo en France vont favoriser l'Afrique du nord, et notamment la Tunisie : "il ne faut pas oublier que la Tunisie est le seul pays où pour 390 euros par personne, avion compris, on peut passer une semaine en pension complète dans un hôtel trois étoiles avec le soleil garanti", relève Jean-Pierre Nadir.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/