1 min de lecture Jérôme Kerviel

"Un succès temporaire qui ne résistera pas à la Cour d'Appel" d'après Jean Weil

INVITÉ RTL – Pour l'avocat de la Société Générale, la décision du Conseil des Prud'hommes, qui a condamné la banque française, est sans fondement.

Christophe Pacaud L'invité du Grand Soir Christophe Pacaud
>
"Un succès temporaire qui ne résistera pas à la Cour d'Appel" d'après Jean Weil Crédit Image : AFP | Crédit Média : Christophe Pacaud,Bénédicte Tassart | Durée : | Date : La page de l'émission
Christophe Pacaud
Christophe Pacaud et Bénédicte Tassart

Reconnu coupable en 2010 pour "faux, usage de faux, abus de confiance et introduction frauduleuse de données de système informatique", Jérôme Kerviel avait été condamné à payer une amende et à rembourser presque 5 milliards d'euros de dommages et intérêts à la Société générale.

"Le conseil des Prud'hommes écrit exactement le contraire de la Cour de Cassation mais dans le système judiciaire français, ce qui compte ce sont les décisions de la Cours d'Appel et de la Cour de Cassation" selon Jean Weil.

Les rôles inversés

Alors que c'est désormais à la banque d'indemniser son ancien trader à hauteur de 455.000 euros, l'avocat de l'entreprise a rappelé que Jérôme Kerviel avait "avoué devant les juges d'instruction en janvier 2008" les faits qui lui étaient reprochés et que sa direction "ne savait pas qu'il dépassait les limites", précisant qu'il avait "une autorisation" de dépasser ces seuils "dans la journée" mais qu'il avait caché "le fait qu'il continuait la nuit".


Jean Weil a aussi dénoncé "une situation totalement extravagante" et a évoqué une "inversion des valeurs", estimant que "quelqu'un qui a été condamné à 5 ans de prison devrait être rejeté par la société plutôt qu’apparaître comme un héros".

À lire aussi
Le siège de la Société Générale à La Défense (archives) justice
Affaire Kerviel : la cour d'appel donne raison à la Société générale

L'avocat a précisé que c'était "la première fois en quarante ans d'exercice professionnel [qu'il voyait] un Conseil des Prud'hommes dire le contraire de la Cour de Cassation", rappelant qu'il s'agissait, pour Jérôme Kerviel, d'un "succès temporaire, provisoire et qui ne résistera pas à la reprise en main par la Cour d'Appel.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jérôme Kerviel Ancien trader Banque
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants