1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. "Un certain nombre de violences policières restent sous les radars" déclare un journaliste
2 min de lecture

"Un certain nombre de violences policières restent sous les radars" déclare un journaliste

INVITÉ - Valentin Gendrot, journaliste, sort jeudi 14 octobre son enquête intitulée "Flic, l'histoire vraie du journaliste qui a infiltré la police". Ce livre, qui était à la base une enquête en immersion, est finalement devenu une bande-dessinée.

Valentin Gendrot, journaliste et auteur.
Valentin Gendrot, journaliste et auteur.
Crédit : JOEL SAGET / AFP
Valentin Gendrot, le seul journaliste qui a infiltré la police est l'invité de Yves Calvi, il raconte son histoire et son audition par l'IGPN, en exclusivité sur RTL
06:15
Valentin Gendrot, le seul journaliste qui a infiltré la police est l'invité de Yves Calvi, il raconte son histoire et son audition par l'IGPN, en exclusivité sur RTL
06:15
Yves Calvi & Charlotte Diry

Le journaliste Valentin Gendrot, qui a infiltré la police, va publier la suite de son livre intitulé Flic, l'histoire vraie du journaliste qui a infiltré la police, sous forme de bande-dessinée dès jeudi 14 octobre. Pour l'occasion, il était l'invité de RTL ce mercredi 13 octobre. 

Cette bande-dessinée, "C'est le fruit d'une rencontre avec Thierry Chaban qui est dessinateur et qui est spécialisé dans les enquêtes journalistiques. (...) Cela nous a paru évident d'adapter mon infiltration dans le commissariat du XIXe arrondissement de Paris et d'en faire aussi un objet autonome. C'est-à-dire de créer un monde propre dans cette bande-dessinée", déclare Valentin Gendrot. 

L'enquête du journaliste a d'ailleurs, déclenché une autre enquête, celle de l'IGPN, Inspection Générale de la Police Nationale. Puisque Valentin Gendrot a fait remarquer que cette profession considérée comme la plus contrôlée de France, fait finalement face à des contrôles artificiels.

À aucun moment, vous n'allez avoir de traces écrites.

Valentin Gendrot, journaliste

"Artificiel dans le sens où vous avez un certain nombre de contrôles. Mais vous avez aussi un certain nombre de violences policières qui restent sous les radars. C'est-à-dire qu'à aucun moment, vous n'allez avoir de traces écrites sur les ondes radio de la police. Ni de traces sur les logiciels écrits de la Police Nationale. Vous avez un certain nombre de violences qui peuvent se passer devant des cellules de garde à vue, dans des fourgons de police. Ce qui se passe dans le fourgon, reste dans le fourgon." explique le journaliste. Dans ce milieu, le silence semble donc s'imposer face aux ultras 

Un manque de formation pour les policiers

À lire aussi

Dans son livre, Valentin Gendrot décrit un manque de formation très important pour les 12.000 policiers formés très rapidement chaque année, sur les 146.000 policiers que compte la France. "On les balance en trois mois dans la rue. Avec une habilitation pour porter une arme sur la voie publique, avec un certain nombre de trous dans la raquette concernant la formation. Les violences conjugales par exemple, cette formation là est abordée en 3 heures seulement. Et dans les 3 heures, vous avez 2 heures consacrées à la diffusion du film Mon Roi de Maiwenn. Ensuite, débrouillez-vous."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/