1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Uber : après son interdiction à Londres, les Français doivent-ils s'inquiéter ?
1 min de lecture

Uber : après son interdiction à Londres, les Français doivent-ils s'inquiéter ?

ÉCLAIRAGE - Son avenir ne semble pas vraiment compromis, le cadre étant beaucoup plus réglementé que dans la capitale britannique.

Les pertes d'Uber continuent de se creuser
Les pertes d'Uber continuent de se creuser
Crédit : SIPA
Martial You & Léa Stassinet

Les taxis londoniens ont le sourire. Si la décision prise par l'autorité des transports de la ville (TfL) est confirmée par la justice, ils ne seront plus en concurrence avec les chauffeurs Uber dans les rues de la capitale britannique. La compagnie américaine devrait ainsi perdre sa licence d'exploitation, a annoncé la TfL vendredi 22 septembre. Mais le géant californien ne va pas se laisser faire, et a indiqué qu'il allait faire appel, suspendant ainsi la décision. 

La TfL a expliqué dans un communiqué que sa décision avait été motivée par "l'approche et la conduite d'Uber", qui ont "démontré un manque de responsabilité en lien avec plusieurs problèmes et des conséquences potentielles pour la sûreté et la sécurité du public". 

Une telle situation pourrait-elle se produire en France ? C'est en fait très peu probable. Le cas de Londres est particulier, et ne peut se dupliquer dans l'hexagone. La TfL est en effet un organisme municipal qui ne se prononce que sur la circulation des taxis à Londres. Alors qu'en France, c'est le ministère des Transports qui donne les autorisations sur tout le territoire pour les VTC. 

Une pratique plus contrôlée en France

Il faut présenter un casier judiciaire vierge, passer un concours pour pouvoir circuler, et obtenir une licence. Le cadre est beaucoup plus strict et contrôlé qu'outre-manche. À Londres, le renouvellement des licences Uber arrivait à échéance, et si la TfL a décidé de ne pas autoriser la plateforme à continuer dans un contexte de sécurité particulièrement tendu, c'est également pour mettre la pression sur la firme américaine, afin d'obliger les chauffeurs à mieux communiquer avec les forces de l'ordre

À écouter aussi

Il leur était notamment reproché un manque de réactivité dans la dénonciation des crimes dont ils étaient témoins. Une critique fortement contestée par le géant américain. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/