2 min de lecture Emploi

Travailleurs détachés : retour sur un "faux problème"

ÉDITO - Paradoxe : les pays les plus ouverts à l'immigration sont aussi ceux qui ont le taux de chômage le plus faible.

LENGLET 245300 Lenglet-Co François Lenglet
>
François Lenglet : les travailleurs détachés, un "faux problème" Crédit Image : Damien Rigondeaud | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet et Loïc Farge

Dimanche 5 février à Lyon, Marine Le Pen a développé sa stratégie économique, qui repose sur la préférence nationale. Avec un raisonnement implicite : les étrangers vivant et travaillant en France prennent la place des Français, et sont donc responsables du chômage chez nous. La candidate du FN veut d’ailleurs surtaxer l’emploi d’étranger par les entreprises françaises. Un raisonnement qui est aussi celui de Theresa May, la première ministre conservatrice britannique, qui veut elle aussi durcir les règles pour l’embauche d’étranger au Royaume-Uni.

Peut-on faire baisser le chômage de cette façon ? Là encore, il suffit d’observer ce qui se passe autour de nous pour avoir quelques doutes. Les pays les plus ouverts à l’immigration (les États-Unis, le Canada, l’Australie, l’Allemagne) sont aussi les pays où il y a le moins de chômage. C’est bien la preuve que s’il y a un lien entre immigration et emploi, il n’est pas dans le sens imaginé par Marine le Pen ou Theresa May.

L’arrivée de nouveau travailleurs élargit la taille de l’économie

On pourrait rétorquer que le chômage est faible dans ces pays parce qu’ils sont en croissance, et que c’est justement pour cela qu’ils attirent les étrangers. C'est vrai, peut-être en partie. Admettons même que ça fonctionne dans les deux sens. Reste que la présence de travailleurs supplémentaires ne crée pas de chômage supplémentaire.

À lire aussi
Des travailleurs durant une réunion économie
Emploi : l'année s'annonce favorable pour le recrutement

La France a connu cela au moment des rapatriés d’Algérie, quand 900.000 personnes sont arrivées en métropole. Le chômage n'a pas du tout augmenté dans cette hauteur, parce que ces 900.000 personnes ont consommé, fait construire des logements, acheté des voitures. Ils ont créé de l’activité supplémentaire. En fait, l’arrivée de travailleurs supplémentaires élargit la taille de l’économie.

La Silicon Valley, en Californie, est ainsi l’une des régions les plus ouvertes aux étrangers au monde et les plus prospères, grâce à l’innovation. Imaginer qu’il y a substitution ou éviction des nationaux, c'est une erreur de raisonnement.

Le problème, c’est la qualité et les compétences de l’immigration économique

François Lenglet
Partager la citation

Ça veut dire que c’est un faux problème. Cela n’est pas pour autant qu’il faut ouvrir les frontières sans limite. Le problème, c’est la qualité et les compétences de l’immigration économique (on ne parle pas des réfugiés politiques, c’est tout autre chose, on ne va évidemment pas les sélectionner en fonction de leur diplômes).

De ce point de vue, les exemples du Canada ou de l’Australie sont très intéressants. Ces pays définissent chaque année des quotas précis pour les professions et les qualifications qu’ils acceptent, en fonction de leurs besoins et de leurs priorités. Alors qu’en France, la part des arrivées pour regroupement familial, généralement peu qualifiées, est importante.

Développer une politique d’immigration utile

En 2014, la France a accueilli 210.000 étrangers, dont 92.000 au titre du regroupement familial, c’est-à-dire une petite moitié. Le paradoxe, c’est que nous importons une proportion importante de personnes non ou peu qualifiés, alors que nous exportons des qualifiés, des jeunes qui ne parviennent pas à trouver du travail chez nous et qui partent à l’étranger, ou bien des exilés fiscaux, qui sont généralement bien formés.

Si le solde de compétence entre les départs et les arrivées est négatif, ce n’est pas bon pour l'avenir du pays. Entre la fermeture totale des frontières, que personne n’a d’ailleurs réussi, et l’ouverture sans limite, il y a une voie médiane : développer une politique d’immigration utile pour le pays et conforme aux valeurs de la République.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Emploi Social Présidentielle 2017
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787095895
Travailleurs détachés : retour sur un "faux problème"
Travailleurs détachés : retour sur un "faux problème"
ÉDITO - Paradoxe : les pays les plus ouverts à l'immigration sont aussi ceux qui ont le taux de chômage le plus faible.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/travailleurs-detaches-retour-sur-un-faux-probleme-7787095895
2017-02-06 08:22:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/3Qh8acTfbNTK2YXingPFVA/330v220-2/online/image/2014/0423/7771375199_francois-lenglet.jpg