1. Accueil
  2. Actu
  3. Débats et société
  4. Toulouse : épuisés par Vigipirate, les CRS multiplient les arrêts maladies
1 min de lecture

Toulouse : épuisés par Vigipirate, les CRS multiplient les arrêts maladies

Éreintés par la multiplication des missions depuis le mois de janvier, dans le cadre du renforcement du plan Vigipirate, un tiers des agents de la CRS 26 de Toulouse-Lardenne sont désormais en arrêt maladie.

Des CRS en faction place du Capitole à Toulouse, en avril 2014
Des CRS en faction place du Capitole à Toulouse, en avril 2014
Toulouse : épuisés, les CRS multiplient les arrêts maladies
00:59
Patrick Isson
Journaliste

Les CRS toulousains ont le blues. Très sollicités depuis les attentats de janvier à Paris et l'activation du plan Vigipirate renforcé, les compagnies républicaines de sécurité sont au bord du burn-out. La compagnie de CRS 26 de Toulouse-Lardenne est en proie à une véritable hécatombe. Si bien que près d'un tiers des effectifs qui devaient rallier Paris pour une mission lors du week-end de Pâques sont désormais en arrêt maladie.

"La CRS 26 a décompté par moins de 27 malades dans ses rangs. On devait partir à 65. Nous sommes partis à 40", précise Christian Barcouda, délégué régional CRS Toulouse de l'UNSA-Police Midi-Pyrénées. Parmi tous ces malades, plusieurs cas de dépression sévère ont été enregistrés. "Une fatigue psychologique accumulée qui fait que les collègues ne sont plus très bien dans leur tête", poursuit le syndicaliste. 

Selon lui, il est temps de mettre fin à des cadences pouvant aller jusqu'à douze jours sans repos. "Après les événements de Charlie Hebdo, il y a eu une reconnaissance du public. Les policiers ont été applaudis par les citoyens, ce qui est rare. Paradoxalement, il n'y a pas de réelle reconnaissance du ministère de l'Intérieur". Les CRS demandent plus d'effectifs dans chaque compagnie et une revalorisation de la prime de déplacement, gelée depuis 2002 à 30 euros par jour.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/