1 min de lecture Gouvernement

Tiers payant généralisé : le gouvernement pourrait reculer

L'exécutif pourrait lâcher du lest à propos de la généralisation du tiers payant en 2017, selon "Les Echos".

L'utilisation de la carte vitale permet d'éviter d'utiliser les feuilles de remboursement (illustration)
L'utilisation de la carte vitale permet d'éviter d'utiliser les feuilles de remboursement (illustration) Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Romain Renner
Romain Renner
Journaliste RTL

Selon Les Echos, le gouvernement devrait reculer sur la question de la généralisation du tiers payant en 2017. L'exécutif n'a pour le moment fait aucune annonce mais le quotidien assure qu'il sera obligé de "lâcher du lest pour désamorcer la colère des professionnels de santé". Ces derniers comptent manifester le 15 mars prochain, deux jours avant l'examen par les députés en commission de l'ensemble du projet de loi santé.

Pourquoi rejeter le tiers payant ?

Le tiers payant consiste à éviter aux patients d'avancer les frais pour la consultation des professionnels de santé. Ces derniers reprochent à la Sécurité sociale de leur infliger des délais trop longs lorsqu'il s'agit de rembourser une consultation. Selon Les Echos, le délai médian est de 4 jours en cas de transmission électronique du dossier et peut grimper jusqu'à 42 jours avec une feuille de soins - obligatoire en l'absence de présentation de carte Vitale. Pis, les professionnels craignent de pas être payés.

35% de tiers payant chez les libéraux

La Caisse nationale d'assurance maladie estime à 35% le taux de tiers payant chez les médecins libéraux pour un taux de rejet de 1,6% chez les spécialistes. Le président du syndicat MG France, cité par Les Echos, plaide pour "une réforme des modes d'affiliation" afin de simplifier les procédures administratives "lourdes et qui créent des problèmes" en cas de déménagement, notamment.

Un interlocuteur unique

Un dernier point cristallise les inquiétudes des médecins. Il concerne le remboursement de la part des régimes complémentaires. Les professionnels de santé aimeraient que la Sécurité sociale centralise les dossiers. Une situation que refusent les mutuelles, assureurs et institutions de prévoyance, qui craindraient, selon Les Echos, "de devenir invisibles".

À lire aussi
Le secrétaire d'État à la protection de l'enfance, Adrien Taquet, à l'Élysée le 21 février 2019. enfance
Petite enfance : en quoi va consister le parcours "1.000 premiers jours" ?

Un projet de plateforme commune pour le tiers payant est donc en cours d'élaboration. Le gouvernement y est cependant défavorable.

Démenti de Marisol Touraine

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a tenu à démentir les rumeurs de renoncement. C'est sur Twitter qu'elle a choisi de s'exprimer, assurant qu'il n'y aurait "ni recul ni renoncement".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement Santé Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants