1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Tanguy Pastureau : Présidentielle, le debrief de la semaine
2 min de lecture

Tanguy Pastureau : Présidentielle, le debrief de la semaine

Dimanche, neuf des onze candidats en lice sont partis en congés en décalé : c'est mieux, il y a moins de monde sur les plages et les restaurants sont vides.

Tanguy Pastureau
Tanguy Pastureau
Crédit : RTL
Tanguy Pastureau : Présidentielle, le debrief de la semaine
00:03:11
Tanguy Pastureau : Présidentielle, le debrief de la semaine
00:03:27
micros
La rédaction numérique de RTL

Marine Le Pen et Emmanuel Macron sont en pleine campagne. Ils font des selfies, des bisous, serrent la main des gens, caressent leur chien, parfois ça va tellement vite qu’ils confondent, ils serrent la patte des chiens et entendent "Ooooh c’est bon, ok, je vote pour toi, bébé !", alors qu’ils caressent les gens.

Dimanche, Macron, le seul type de boys band à être tout seul, arrive en tête des voix, c’est un winner, son CV, c’est ENA, inspection des finances, banque Rotschild, ministre, peut-être président, à 39 balais ; moi, j’en ai 43, j’ai juste un "Bernard Poirette + 6", c’est comme le Bac sauf que l’examinateur bouffe de la brioche et qu’on se lève à 6h le week-end.

Macron et son "Fouquet’s"

Macron ne voit pas qu’en face de lui, il y a le FN, il est autocentré. Quand Chirac, en 2002, avait fait face à Jean-Marie, pendant 2 semaines, il n’avait pas masturbé un seul pis de vache à 4g et avait pris l’air désespéré du lapin qui voit débouler sur la RN 32 Benzema dans sa Bugatti de grand beauf. Mais là, Macron monte sur scène tout sourire, et dit à sa femme : "Bribri, tu peux vendre ta bicoque au Touquet sur le Bon Coin parce que là, je suis en train de te décrocher un F42 en plein Paname". Ils dînent à la Rotonde, avec Line Renaud, une sans-dent, l’erreur, Sarkozy a fait ça au Fouquet’s, on lui en a parlé durant 5 ans, même si ensuite, il s’était pacsé avec Christophe Maé dans une yourte trouée en fêtant ça à la Kanter, on lui aurait dit qu’il était bling-bling.

Mercredi, le temps de digérer, Macron va à Amiens, à l’usine Whirlpool, discuter avec les syndicats, et paf, Marine Le Pen, qui le harcèle (c’est sa Jean-Vincent Placé), déboule devant l’usine, parmi les salariés. Du coup, Macron descend aussi leur parler, mais c’est la cohue et il demande un hygiaphone, il n’a jamais acheté de ticket de métro ni fait de manif, donc hygiaphone, mégaphone, il se mélange, le seul truc en phone qu’il connaît, c'est gramophone parce que Brigitte a gardé le sien de son adolescence. Marine Le Pen s’est, quant à elle, rendu au Grau-du-Roi cette semaine, avec Gilbert Collard en Captain Igloo sur le retour.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/