2 min de lecture Présidentielle 2017

Tanguy Pastureau : les candidats embêtés sur la Syrie

Macron dit qu'il faut intervenir et en même temps discuter avec al-Assad, Marine Le Pen est étonnée de la réaction de Trump, Jacques Cheminade propose de faire entrer les aliens dans le jeu et Jean Lassalle a dit quelque chose, mais on n'a pas compris. Le dossier syrien bouscule la campagne.

Tanguy Pastureau Tanguy Pastureau Tanguy Pastureau
>
Tanguy Pastureau : les candidats embêtés sur la Syrie Crédit Image : Elodie Grégoire | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Tanguy Pastureau
Tanguy Pastureau Journaliste RTL

Les frappes américaines en Syrie divisent les candidats à la présidentielle. Ils ont révisé le prix du ticket de métro, celui de la baguette, se disent "Si Lagaf relance le Juste Prix, je m’inscris, et à moi la Fiat Panda", puis ils arrivent en interview en se disant : "Croissant 1,10 euros, ticket de métro 1,90, épilation en ticket de métro, 24 euros, épilation en billet de TGV, gratuit, c’est un piège, ça veut dire qu’il n’y a pas d’épilation", et résultat on leur demande "Que pensez-vous de Bachar el-Assad ?", c’est trop complexe.

Ainsi jeudi, David Pujadas demande à Macron ce qu'il faut faire en Syrie, alors que lui, le conflit le plus tendu qu’il ait eu à gérer, c’est avec Brigitte le jour où elle lui a dit à tort que c’était son tour de vider le lave-vaisselle. Donc il répond : "Il faut intervenir militairement et en même temps discuter avec Bachar al-Assad", c’est du Macron, lui seul est capable de dire à un exhibitionniste "Je respecte votre hobby mais il y a des enfants, ne pourriez-vous pas le faire avec un slip ?" Donc s’il est élu, Macron va raser la Syrie, sonner chez al-Assad, c’est la seule maison encore debout, et lui dire : "Bonjour, pardonnez-moi de vous le dire, mais il faut qu’on parle". C’est comme si les témoins de Jéovah déboulaient chez vous avec un bazooka et hurlaient : "Ça vous dirait pas de prendre notre brochure ?"

Le souci, c’est que nous, Français, on est des cérébraux, on se titille le neurone pendant des plombes en se demandant que faire, alors que partout ailleurs les gonzes agissent. De Trump, on disait qu'il allait passer 4 ans à se concentrer sur les USA les joues sur le barbecue électrique à côté des chipos pour entretenir son bronzage, et ben paf, le jeudi à 8h on lui dit qu’il y a attaque chimique, à 21h il lâche des bombes.

Action, réaction, vu de France, c’est comme si on mettait Steven Segall et 120 ninjas à nunchakus dans un film de Claude Sautet.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Syrie Vidéo
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants