1 min de lecture Politique

Supprimer l'écotaxe est moins simple que le dit Ségolène Royal

CHRONIQUE - La ministre de l'Écologie, qui veut remettre à plat l'écotaxe, propose notamment de faire payer les routiers étrangers. Problème : c'est impossible au regard du droit européen.

>
Écotaxe : une remise à plat moins simple que ne l'affirme Ségolène Royal Crédit Image : AFP / | Crédit Média : Thomas Prouteau | Durée : | Date :
Thomas Prouteau Journaliste RTL

C'est la première promesse faire par Ségolène Royal à son arrivée au gouvernement. La ministre de l'Écologie ne veut plus de"l'écologie punitive" et de l'écotaxe pour les camions français.

Une dérogation de Bruxelles ne suffirait pas

Elle propose notamment de faire payer les routiers étrangers. Mais cela est impossible au regard du droit européen. La libre-circulation est un principe fondateur.

L'autre idée de Ségolène Royal, c'est d'imposer une vignette aux routiers étrangers. Mais là encore, l'Europe interdit de faire payer deux fois pour la même portion de route. La France a des péages, contrairement au Royaume-Uni où cette vignette existe.

Même avec une dérogation de Bruxelles, cela ne suffirait pas pour trouver le milliard d'euros que devait récolter l'écotaxe. Aujourd'hui, les poids-lourds français rapportent en gros un milliard d'euros en péage. Les camions étrangers, eux, ne représentent qu'un petit tiers du trafic. La majorité prend déjà les autoroutes. Contraindre le reliquat à renoncer aux nationales permettrait de collecter 200 ou 300 millions d'euros, via une taxe spéciale sur les société d'autoroute. 

Où trouver un milliard d'euros ?

À lire aussi
Le maire de Saint-Étienne Gaël Perdriau, en juillet 2018 élections municipales
Municipales 2020 : le maire LR de Saint-Étienne se porte candidat

Le gouvernement n'a donc pas le choix : soit faire payer malgré tout les routiers français en rhabillant légèrement l'écotaxe (c'est ce qui se dessinait avant le départ de Jean-Marc Ayrault), soit ponctionner ailleurs.

Pourquoi ne pas enterrer purement et simplement l'écotaxe ? En fait, la France s'est piégée. Jusqu'en 2005, le développement des moyens de transports était financé par les péages. Mais cette année-là, le gouvernement a privatisé les autoroutes pour ramener de l'argent frais.

L'écotaxe a été créée pour pallier la fin des deux milliards d'euros annuels de rente. Sa suspension signifie aujourd'hui que près de 100 projets, bus ou tramway, sont gelés.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Politique Fiscalité Écotaxe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants