1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Suicides en baisse chez les policiers
2 min de lecture

Suicides en baisse chez les policiers

On compte moins de suicides chez les policiers en 2015 par rapport à l'an dernier, mais pas chez les gendarmes.

Un gendarme le 4 juillet 2015 (Illustration).
Un gendarme le 4 juillet 2015 (Illustration).
Crédit : JACQUES DEMARTHON / AFP
La rédaction de RTL & AFP

"Les choses vont dans la bonne direction", se réjouit le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve qui entend inscrire cette tendance "dans la durée". Les suicides de policiers et de gendarmes avaient connu un pic en 2014 avec 55 policiers (contre 40 en moyenne annuellement) et une trentaine de gendarmes. Cela avait suscité une vague d'émotions dans leurs rangs et provoqué la mise en oeuvre d'un plan ministériel. 

Il y a eu 40 suicides de policiers depuis le début de l'année contre 48 à la même période en 2014, a indiqué le ministre qui a conclu un séminaire consacré à ce sujet. Mais le nombre de suicides de gendarmes est de 22 depuis janvier 2015 contre 19 en 2014 à la même époque. 

Aucun plan ne pourra répondre à lui seul à la complexité des situations, mais nous avons des marges de manœuvre.

Bernard Cazeneuve

Le ministre a détaillé le suivi des 23 mesures adoptées en janvier 2015. Un plan "ministériel et global" qui a donné ses "premiers résultats", a assuré le ministre. Il a évoqué parmi les mesures de ce plan le recrutement supplémentaire de psychologues ou l'expérimentation de nouveaux cycles de travail des policiers. Il a également dit vouloir persévérer sur l'expérimentation dans certains départements du dépôt des armes de service au commissariat par les policiers avant de regagner leur domicile. Selon M. Cazeneuve, "un policier sur trois se suicide chez lui avec son arme". 

Cette mesure avait suscité des critiques de syndicats de police arguant de la nécessité d'être armé en permanence "face au risque terroriste". Cette expérimentation est menée notamment pour l'instant dans le Val d'Oise, à Guéret (Creuse), Châteauroux (Indre) et Bourges (Cher) où des casiers réservés au dépôt des armes ont été installés à grand frais.

À écouter aussi

"Il y a une part de mystère" dans les suicides, a aussi fait valoir le ministre, et "aucun plan ne pourra répondre à lui seul à la complexité des situations". "Mais nous avons des marges de manœuvre", a-t-il dit en se félicitant de ce plan. Les suicides sont un sujet sensible et récurrent parmi les forces de l'ordre. Les quelques études officielles ont démontre qu'il s'agit souvent de raisons "d'ordre privé".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/