2 min de lecture Sras

Sras / Pasteur : les flacons disparus "pas dangereux", "des enquêtes en cours"

Les flacons contenant des fragments du virus du SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) disparus à l'Institut Pasteur ne sont "pas dangereux" affirme la ministre de la santé Marisol Touraine.

Façade de l'Institut Pasteur, le 14 novembre 2008 à Paris (archives)
Façade de l'Institut Pasteur, le 14 novembre 2008 à Paris (archives) Crédit : AFP / LIONEL BONAVENTURE
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

La ministre des Affaires sociales Marisol Touraine a assuré mercredi que les flacons contenant des fragments du virus du SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) disparus à l'Institut Pasteur n'étaient "pas dangereux" mais que des enquêtes étaient en cours pour déterminer les circonstances "pas normales" de leur disparition.

"L'institut Pasteur a saisi les autorités sanitaires, des enquêtes ont été réalisées, j'ai moi-même demandé à plusieurs experts indépendants de se prononcer. Ils ont indiqué que ces flacons, pour autant qu'ils existent encore, ne comportaient aucun risque de contamination", a indiqué Mme Touraine, interrogée par la presse à la sortie du Conseil des ministres.

Probable qu'ils aient été détruits

"J'insiste sur ce point, les flacons qui ne sont pas retrouvés ne sont pas dangereux pour qui que ce soit. Il est probable d'ailleurs qu'(ils) ont été détruits sans que la trace de cette destruction soit portée quelque part", a-t-elle ajouté.

"Il y a des enquêtes en cours" sur "ce phénomène, qui n'est pas normal", a précisé la ministre, indiquant qu'elle attendait leurs résultats "dans quelques semaines", ainsi que le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche Benoît Hamon, dont dépend l'Institut Pasteur.

2.349 petits tubes de virus du SRAS

À lire aussi
Le coronavirus vu au microscope (archive). Corée du Sud
Alerte au coronavirus en Corée du Sud

"Ce qui est préoccupant, c'est qu'on ne retrouve pas la trace de certains flacons qui étaient entreposés à l'Institut Pasteur mais, encore une fois, il n'y a pas d'affolement, pas d'inquiétude à avoir. Il s'agit de vérifier les circuits de sécurité et de contrôle au sein" de l'établissement, a insisté Mme Touraine.

L'institut Pasteur a annoncé le 13 avril avoir perdu 2.349 petits tubes de virus du SRAS contenus dans 29 boîtes dans un laboratoire habilité à conserver des organismes hautement pathogènes, tout en précisant qu'ils n'avaient "aucun potentiel infectieux".

Congélateurs non sécurisés, absence de vidéosurveillance...

Selon Mediapart, Marisol Touraine et Benoît Hamon ont pointé, dans une note confidentielle en date du 16 avril, une série d'anomalies à l'Institut Pasteur: "forte probabilité de destruction (des échantillons) non ordonnée par les responsables et sans traçabilité, retard de deux mois dans la transmission de l'information aux autorités compétentes, listes des personnes habilitées non initialement disponible, congélateurs non sécurisés, absence de vidéosurveillance, archives non disponibles le weekend".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sras Santé Virus
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants