1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Sécurité routière : un siège-auto inédit équipé d'airbags
2 min de lecture

Sécurité routière : un siège-auto inédit équipé d'airbags

REPLAY - La marque française Bébé Confort travaille à l'élaboration d'un siège auto avec airbags intégrés, pour lutter contre l'insécurité des enfants en voiture.

Un crash-test automobile en 2005 (illustration)
Un crash-test automobile en 2005 (illustration)
Crédit : RENAULT/SIPA
Sécurité routière : un siège-auto inédit équipé d'airbags
02:18
Christophe Bourroux

C'est une première mondiale : un siège bébé avec airbags intégré. D'apparence, c'est un siège comme les autres. Sauf qu'à l'intérieur, logés dans les harnais, deux airbags sont intégrés. En cas de choc, ils se gonflent en moins de 50 millisecondes pour amortir la tête et éviter le coup du lapin. Un gros plus pour la sécurité, car, en cas de collision frontale, les forces qui s’exercent sur le cou de l’enfant seraient réduites de 50% par rapport à un siège standard. Le déplacement de la tête, lui, serait réduit de 20%.

Pour éviter brûlures et étouffements, les airbags ont été spécialement adaptés. Même si les coussins se déploient à la vitesse de l'éclair, c'est six fois moins rapide qu'un airbag classique. La marque stipule qu’il n’y a pas de danger d’étouffement, dans la mesure où l’airbag se dégonfle immédiatement après l’impact. Et c'est une marque française qui a développé ce système révolutionnaire.

La marque Bébé Confort, à Cholet travaille sur une adaptation qui a nécessité pas moins de 5 ans de travaux et 2.500 crashs tests. Cinq brevets ont aussi été déposés. Pratique également, car pour les parents, l'installation se fait exactement comme un siège classique. Seul bémol pour le moment, le prix : 649 euros. C'est pour le moment le prix de la sécurité.

Les sièges bébés : le casse-tête

En ce qui concerne les sièges-bébés, le bilan est catastrophique. Plus de 20 ans après l’entrée en vigueur de l’obligation d’attacher les enfants en voiture, deux enfants sur trois sont toujours mal ou pas attachés. Aux ceintures qui ne passent pas dans les emplacements prévus, vrillées ou insuffisamment tendues s'ajoutent des erreurs dans l'installation de l'enfant dans son siège (harnais mal placé, trop lâche, vrillé ou ceinture trop près du cou ou sous le bras de l'enfant). 

À lire aussi

En moyenne, on compte environ cent décès par an et plus de 1.800 enfants de moins de 14 ans blessés sur la route. Et la cerise sur le capot concerne l'argent des radars. Jackpot pour les uns, pompes à fric pour les autres. Pour éteindre la polémique, le ministre de l'Intérieur a demandé un rapport. 

Verdict : deux tiers des recettes vont à la sécurisation des routes. C'est-à-dire à l'installation de feux tricolores ou à la création de ronds-points. Rappelons que l'an prochain, les radars automatiques devraient rapporter plus d'un milliard d'euros.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/