1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Sécurité routière : les premiers radars leurres installés dans le Pas-de-Calais
2 min de lecture

Sécurité routière : les premiers radars leurres installés dans le Pas-de-Calais

REPLAY - Pour lutter contre la mortalité sur les routes, le gouvernement mise sur la crainte des automobilistes à l'approche des radars.

Sécurité routière (illustration)
Sécurité routière (illustration)
Crédit : DOMINIQUE FAGET / AFP
Sécurité routière : les premiers faux radars installés dans le Pas-de-Calais
00:01:04
Maxime Wolff & Julien Absalon

Au mois de janvier 2016, le nombre de personnes tuées sur les routes français a chuté de 10,7%. De bons résultats que le gouvernement espère faire perdurer avec le déploiement cette année d'une centaine de faux radars officiels. Ceux-ci sont déployés dans des zones leurres où vont donc se côtoyer ces cabines, qui ne flashent personne, avec de vrais radars fonctionnels. Sur ces tronçons, plusieurs panneaux signalant un contrôle peuvent d'ailleurs être placés alors qu'il n'y a en réalité qu'un seul radar.

Les premiers appareils ont été implantés début février dans le Pas-de-Calais. À Berles-Monchel, sur la départementale D939, un faux radar semi-mobile ressemblant à un robot fantomatique a ainsi été installé sur le bas-côté de la route. Il sera déplacé plusieurs fois par mois, sur ce tronçon de 37 kilomètres entre Aubigny-en-Artois et Le Parcq.

Enrayer la double hausse annuelle

À peine instauré, le dispositif divise les automobilistes. "Ça n'avance à rien, les gens freinent et repartent après", confie par exemple l'un d'eux qui y voit seulement une opération pour "prendre du pognon". Une autre confirme également que "ça a pas mal pilé" lors des premiers jours de mise en service. Néanmoins, d'autres y voient une mesure permettant "d'être toujours en alerte".

Si beaucoup considèrent ce dispositif comme un "piège", le directeur de cabinet de la préfecture préfère quant à lui parler de santé pour les automobilistes. "Sur le tronçon, on a eu six décès sur les cinq dernières années. Il est évidemment temps de réagir. En 2000, dans le département du Pas-de-Calais, on était à plus de 170 tués. Quinze ans plus tard, nous sommes maintenant à 67. Il faut continuer, parce que chaque mort est un drame terrible", affirme Étienne Desplanques au micro de RTL.

À lire aussi

Malgré la bonne nouvelle de janvier, le gouvernement attend des résultats sur le long terme. Car en 2015, le nombre de morts était "en hausse de 2,4% avec 3.464 personnes tuées". Un bilan en augmentation pour la deuxième fois consécutive.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.