3 min de lecture Bâtiment

Secteur du bâtiment : quelques pistes pour éviter la crise ?

ÉCLAIRAGE - Une nouvelle crise se profile d'ici 2 ans dans le secteur du bâtiment. Pour la surmonter, le domaine de la construction va devoir muter en profondeur.

L'Eco and You - Martial You L'éco and You Martial You iTunes RSS
>
Secteur du bâtiment : comment éviter la crise ? Crédit Image : LOIC VENANCE / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Eco and You - Martial You
Martial You édité par Noé Blouin

Batimat, le salon des professionnels du bâtiment se déroule à Paris du 4 au 8 novembre. Et le secteur de la construction risque de connaître quelques changements majeurs dans les prochains mois. Actuellement, le bâtiment n'est pas au mieux de sa forme. -3,65% pour les mises en chantier de constructions neuves sur 12 mois, -5,9% pour les délivrances de permis de construire. 

Alors, c'est vrai qu'il y a toujours un petit ralentissement des attributions de permis de la part des maires juste avant les municipales, mais quand même. Ces chiffres-là, ce sont un peu comme un vice caché dans un logement, on ne les voit pas aujourd'hui car ce ralentissement ne se ressent pas, on est en train de construire les commandes de 2017/2018, mais ça veut dire que d'ici 18 mois à 2 ans, on va avoir un secteur du bâtiment qui va, de nouveau, souffrir.
 
On réfléchit donc, du côté du gouvernement à relancer la construction, à sécuriser ce secteur. On a un problème récurrent avec le marché de l'immobilier : ce sont les zones tendues, les grandes agglomérations. Le député Modem Jean-Luc Lagleize va proposer un texte à l'Assemblée d'ici la fin du mois pour libérer des mètres carrés dans ces zones.

Changement de propriétaire

L'idée est assez originale, et elle est audacieuse dans un pays où plus de la moitié des Français est propriétaire et envisage sa maison comme son seul véritable patrimoine financier : il veut qu'on ne soit propriétaire que des murs de son logement. Autrement dit, la mairie reste propriétaire du foncier, du terrain, et vous êtes propriétaire de la maison. C'est malin parce que ça stoppe la surenchère sur le moindre terrain disponible. Le député veut aussi renforcer le droit de préemption des mairies. Et il veut qu'on réhabilite aussi les terrains vagues. Bonne idée, mais ça coûte très cher, car la plupart ne sont pas constructibles en l'état. Matignon l'a déjà évoqué comme une solution et y est donc plutôt favorable.
 
Un terrain moins cher signifie donc un prix d'achat de la maison moins cher, mais il reste le coût de la construction et là aussi les prix flambent, +3,4% sur un an. Il y a une hausse du prix des matières premières et la volonté d'avoir des immeubles ou des maisons plus respectueux de l'environnement se traduit aussi par une inflation des coûts. Là aussi, un rapport signé de Robin Rivaton propose une solution : développer la construction industrielle, autrement dit le préfabriqué haut de gamme.

La solution préfabriqué

À New York, vous avez une chaîne baptisée CitizenM qui a construit plusieurs hôtels très chics uniquement avec des blocs fabriqués en Pologne et qu'on empile sur place. À Paris, au Fort de Bercy, une maison d'accueil d'urgence de 150 places a été construites avec des blocs préfabriqués dans une usine de République Tchèque. Et un hôtel 4 étoiles est en train d'être fabriqué comme ça dans le sud de la région parisienne. Robin Rivaton propose qu'on crée une filière de ce type en France pour éviter d'avoir à importer ces modules de l'étranger.

À lire aussi
Emmanuel Wargon, le 16 janvier 2019 gouvernement
Rénovation du bâtiment : "On sait qu'on n'y est pas", reconnaît Emmanuelle Wargon


Avec des blocs préfabriqués, vous construisez deux fois plus vite, vous limitez les erreurs de fabrication, les malfaçons (depuis 2008, le nombre de problèmes constatés par les propriétaires après réception des chantiers a augmenté de 13%). Vous limitez aussi le gaspillage. Actuellement, sur un chantier classique, 30% des matériaux est jeté. Et puis, vous évitez le problème de la pénurie de main-d’œuvre chronique dans le secteur car vous avez besoin de moins de monde.

Aujourd'hui, cette filière industrielle de la construction se développe dans les pays de l'est de l'Europe et pas chez nous. Et pendant ce temps-là, 80% des offres d'emploi dans le bâtiment en France ne trouvent pas preneur. Donc on importe les modules.

Le plus : Un Netlfix pour la NBA

Pour 6$99 par mois, vous aurez désormais accès aux matchs de basket en direct. Une révolution dans le monde du sport qui pourrait, à terme, se passer des chaînes de télévision.

La note : 15/20 au gouvernement qui baisse l'impôt de plus d'1 million d'entreprises

On l'appelle la CFE, elle a remplacé la taxe professionnelle. Dans les faits, 1,2 million de petites entreprises vont en être exonérée cette année. Il s'agit des entreprises réalisant moins de 5.000 euros de chiffre d'affaires et qui n'ont pas de local. Cela représente une économie de 170 euros en moyenne.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bâtiment Construction Crise
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants