2 min de lecture Saint-Étienne-du-Rouvray

Saint-Étienne-du-Rouvray : pourquoi Abdel Malik Petitjean n'a pu être arrêté malgré sa fiche "S" ?

ÉCLAIRAGE - Officiellement identifié comme étant le second tueur, le jeune homme de 19 ans faisait l'objet d'une fiche "S" depuis le 29 juin. Il était aussi activement recherché depuis le 22 juillet par les services de police et de renseignement.

Un agent de police devant l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray
Un agent de police devant l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray
Micro RTL (illustration)
Guillaume Chieze et La rédaction numérique de RTL

Deux jours après l'attaque jihadiste de l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray, près de Rouen, le second terroriste a été officiellement identifié. Il aura fallu des prélèvements ADN effectués sur sa mère supposée pour mettre avec certitude un nom sur le corps. Il s'agit donc d'Abdel Malik Petitjean, un jeune homme de 19 ans qui, jusqu'à fin juin, n'était pas connu de la police et n'avait fait l'objet d'aucune condamnation. Mais le 29 juin, une fiche S avait été établie à son nom. Surtout, sa photo avait été diffusée le 22 juillet à tous les services de police après l'obtention d'un renseignement faisant état d'un danger imminent. Le problème, c'est qu'il s'agit là de deux informations différentes et que les enquêteurs n'ont pu, à aucun moment, faire le lien entre son identité et la photo.

Dans un premier temps, il y a donc eu la fiche "S" émise en raison d'un voyage d'Abdel Malik Petitjean en Turquie, le 10 juin dernier. On ne sait pas exactement ce qu'il a fait sur place. Mais le lendemain, le futur terroriste revient sur ses pas et rentre en France de lui-même. Trois semaines plus tard, les Turcs font parvenir cette information. Immédiatement, les services français de renseignement éditent une fiche "S", avec nom, prénom, adresse et dates de passage en Turquie. En revanche, il n'y a aucune photo et les policiers ne se rendent jamais chez lui.

Pour les services de renseignement, le jeune homme est ce qu'on appelle un "signal faible" qu'il faut surveiller de loin. À cet instant, il ne représente pas un danger immédiat, ne revient pas de Syrie et ne dispose d'aucun antécédent. De plus, il faut rappeler que la fiche "S" est faite pour surveiller discrètement. Elle ne présume en rien d'une quelconque culpabilité.

À lire aussi
Un agent de police devant l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray terrorisme
Saint-Étienne-du-Rouvray : un proche de l’un des terroristes mis en examen

Dans un second temps, les services de renseignement reçoivent vendredi 22 juillet, soit quatre jours avant l'attentat, la photo d'un homme prêt à frapper en France. Mais aucun nom, ni adresse, n'accompagne ce fichier. Les autorités n'ont donc pas pu établir de connexion entre ces deux informations qui concernaient en réalité un seul et même homme.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Saint-Étienne-du-Rouvray Terrorisme Renseignement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7784258135
Saint-Étienne-du-Rouvray : pourquoi Abdel Malik Petitjean n'a pu être arrêté malgré sa fiche "S" ?
Saint-Étienne-du-Rouvray : pourquoi Abdel Malik Petitjean n'a pu être arrêté malgré sa fiche "S" ?
ÉCLAIRAGE - Officiellement identifié comme étant le second tueur, le jeune homme de 19 ans faisait l'objet d'une fiche "S" depuis le 29 juin. Il était aussi activement recherché depuis le 22 juillet par les services de police et de renseignement.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/saint-etienne-du-rouvray-pourquoi-abdel-malik-petitjean-n-a-pu-etre-arrete-malgre-sa-fiche-s-7784258135
2016-07-28 18:11:22
https://cdn-media.rtl.fr/cache/nruGHdrxcHups8IJsJgpog/330v220-2/online/image/2016/0726/7784235103_un-agent-de-police-devant-l-eglise-de-saint-etienne-du-rouvray.jpg