1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Routes limitées à 80km/h : "C'est totalement en débat", explique Anne Laveau
2 min de lecture

Routes limitées à 80km/h : "C'est totalement en débat", explique Anne Laveau

Pour la déléguée générale de la Prévention routière, le débat est récurrent et le passage de l'expérimentation à la mise en vigueur est encore loin d'être acquis.

Des automobilistes sur la route nationale N90 (image d'illustration)
Des automobilistes sur la route nationale N90 (image d'illustration)
Crédit : JEAN-PIERRE CLATOT / AFP
Routes limitées à 80km/h : "C'est totalement en débat", explique Anne Laveau
05:10
micros
La rédaction numérique de RTL

La nouvelle suscite d'ores et déjà beaucoup de réactions, positives ou négatives. RTL vous l'apprenait ce vendredi 1er décembre, le gouvernement envisage de baisser à 80km/h, peut-être dès l'année prochaine, la vitesse limite sur les routes nationales et départementales. Cette limitation est en test dans trois départements français, sur un tronçon total de moins de 100 kilomètres, depuis plusieurs mois. "Notre association n'a pas eu le résultat de cette expérimentation qui se fait sur une petite centaine de kilomètres - c'est très peu - en 2 ans, ce qui est très peu aussi pour obtenir des résultats sur une petite distance expérimentale", déplore Anne Laveau.

Et pour l'heure, la diminution de la vitesse sur les nationales et départementales et loin d'être acquise. "Pour nous c'est totalement en débat et le débat est récurrent, explique Anne Laveau, déléguée générale de la prévention routière, au micor de RTL ce samedi 2 décembre. Cela fait des années qu'on revient sur cette idée de baisser la vitesse sur le réseau qui aujourd'hui est limité à 90km/h mais, en ce qui concerne la décision qui potentiellement serait prise par le gouvernement, pour nous il n'y a pas d'indicateurs, on ne sait pas", ajoute-t-elle.

Éviter 400 décès

"Il y a une règle internationalement admise, qui a pour base des expérimentations dans beaucoup de pays et depuis des années, qui dit que si on baisse de 1% la vitesse, on baisse de 4% le nombre de tués. Sur ce réseau on a plus de 2.000 tués par ans - on éviterait 400 tués, illustre Anne Laveau. (...) Pour notre association, ces quatre tronçons, ce n'est pas suffisant. Il faudrait faire une préfiguration - différente d'une expérimentation - et sur une partie du réseau beaucoup plus importantes", demande la déléguée générale de la prévention routière.

Certains automobilistes estiment que cette baisse de la vitesse vise à alimenter la pompe à radar. "On ne peut pas dire ça, (...) on roule en moyenne à 82km/h donc sur le réseau limité à 90 donc la moyenne de circulation est déjà en-dessous, répond Anne Laveau. (...) Mais il n'empêche que sur ce réseau, la vitesse est présente dans 36% des accidents alors qu'au niveau national la vitesse est présente dans 32% des accidents. Cela veut dire qu'il y a des parties de ce réseau qui sont particulièrement accidentogènes et sur lesquelles les gens conduisent à 90km/h alors que la vitesse devrait être en-deçà."

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/