1 min de lecture Société

Restes d'Homo sapiens découverts au Maroc : "On prend 100.000 ans de plus"

INVITÉ RTL - Le paléoanthropologue Jean-Jacques Hublin fait partie des scientifiques qui ont découvert des fossiles humains vieux de 300.000 ans au Maroc.

Calvi-245x300 6 minutes pour trancher Yves Calvi
>
Restes d'homo sapiens découverts au Maroc : "On prend 100.000 ans de plus" Crédit Image : Nicolas Garriga/AP/SIPA | Crédit Média : RTLNET | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi et Léa Stassinet

C'est une découverte qui bouleverse toutes les connaissances sur l'origine de notre espèce. Alors que l'on situait l'apparition des Homo sapiens à à peu près 200.000 ans, une équipe internationale de chercheurs a retrouvé et analysé plus de 16 nouveaux restes de fossiles d'Homo sapiens sur le site archéologique de Jebel Irhoud au Maroc, qui dateraient d'au moins 300.000 ans

Jean-Jacques Hublin, paléoanthropologue, directeur du département d'Évolution humaine de l'Institut Max Planck à Leipzig en Allemagne a co-dirigé l'équipe qui a mené ces travaux. "Avec cette découverte, on prend 100.000 ans de plus et on se déplace au Maghreb alors que l'on croyait jusque-là que l'origine de notre espèce Homo sapiens se situait en Afrique subsaharienne". Ce que cette trouvaille suggère, c'est que "l'ensemble du continent africain qui a joué un rôle dans l'émergence de notre espèce", poursuit le scientifique. 

Cinq restes d'individus ont été trouvés sur le site marocain : trois adultes, un enfant et un adolescent. Leurs visages sont-ils semblables aux nôtres aujourd’hui ? "Ce qui est remarquable, c'est qu'il y a 300.000 ans, ces hommes avaient un visage de quelqu'un que l'on pourrait croiser dans la rue aujourd'hui à Paris", révèle Jean-Jacques Hublin. "C'est une face d'homme moderne, courte, rétractée sous le cerveau". 

Espérait-il faire une telle découverte sur le site de Jebel Irhoud ? "Le site est connu depuis longtemps, on y a découvert un peu accidentellement des restes humains dès le début des années 60, puis il a été abandonné. Dans les années 2000, je voulais absolument reprendre l'étude de ce site parce que les quelques restes qui avaient déjà été trouvés étaient très intrigants et mystérieux, surtout compte-tenu du fait que leur âge était sous-évalué. Un des objectifs était de re-dater le site.  Évidemment on avait l'espoir de trouver quelques restes supplémentaires mais nos espoirs ont été comblés au-delà de toute espérance", confie le scientifique. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Sciences Maroc
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants